Fandom

Wiki Star Wars

Guerres Mandaloriennes

8 101pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Les Guerres Mandaloriennes sont un conflit opposant la République Galactique aux Mandaloriens entre 3964 av.BY et 3960 av.BY. Les Mandaloriens avaient déjà commencé leur invasion onze ans auparavant, en 3976 av.BY, en attaquant des planètes de la Bordure Extérieure, non affiliées au gouvernement républicain.

La guerre est le résultat de l'ambition démesurée de Mandalore l'Ultime, qui réussit l'exploit de rassembler tous les clans mandaloriens sous l'égide des Néo-Croisés, une armée composée de diverses espèces mais unie par la même culture guerrière. Son but était tout simplement de créer l'armée la plus puissante de la galaxie, et prendre la tête du plus grand empire qui ait jamais existé. Mais plus que tout, il souhaitait donner une revanche à son peuple en souvenir du sang versé lors la Grande Guerre des Sith. La nation galactique à abattre était la République, et ses protecteurs Jedi.

Dans un premier temps, Mandalore commença par la conquête des planètes neutres de la bordure extérieure. Puis, au fur à mesure que son pouvoir grandissait, il s'attaqua aux alliés de la République sur des fronts toujours plus nombreux. L'armée de la République ne se mobilisa tardivement qu'au bout de 10 ans, lorsque Taris se retrouva menacée.

La République remporta d'abord une première série de victoires contre les hordes mandaloriennes, jusque là habituées à des ennemis moins résistants. Plusieurs héros se distinguèrent à cette occasion, dont le lieutenant Carth Onasi, soldat engagé et pilote de talent; et Saul Karath, qui devint amiral. Mais les troupes républicaines ignoraient qu'elles n'avait pas encore rencontré la vraie menace.

Mandalore l'Ultime retenait secrètement ses troupes afin de tester la véritable force de la République. Libérant soudainement tous ses bataillons en réserves, il prit la République de surprise, endommageant gravement ses défenses, et commença à terroriser les systèmes du Bras de Tingel, dans la Bordure Extérieure. De nombreuses colonies tombèrent devant l'avancée mandalorienne, sous l'action combinée des feux nourris de blasters et des imposants droïdes Basilisk.

La situation, jusque-là sous contrôle, devenait soudainement difficile pour la République. Le Sénat déclara l'état de siège et demande le soutien de l'Ordre Jedi. Pourtant, en dépit de leur serment, les Jedi refusèrent de se lancer au combat.

Le Conseil Jedi décréta qu'aucun de ses membres ne devait participer aux opérations militaires. Une première justification était que l'Ordre se remettait à peine de la guerre d'Exar Kun, trente ans plus tôt, qui avait coûté la vie de bien des leurs. Il venait tout juste de rebâtir le nouveau temple sur Coruscant, la capitale de la République, du fait de la destruction du précédent sur Ossus qui mettait un terme à une présence de près de 21 000 ans. Les Jedis étaient donc davantage préoccupés par la récupération des vestiges afin de conserver la mémoire de l'Ordre, et la reconstruction des effectifs avec de nouveaux sensitifs à la Force. C'était un nouveau départ.

Mais plus encore, le Conseil jugeait que les Jedis ne devaient pas se mêler de politique, et ne se focaliser que sur la lutte contre le côté obscur, que ce soit autour d'eux ou en eux-mêmes. Toute violence exercée pour un autre motif ne pouvait que nuire à la moralité du Jedi, exacerbant son sentiment de puissance à travers l'exercice des pouvoirs destructeurs de la Force. Le traumatisme de voir de brillants éléments comme Freedon Nadd et Exar Kun dévorés par le côté obscur à cause de leur quête de pouvoir avait conduit le Conseil à adopter une politique de neutralité absolue pour éviter que de nouveaux cas apparaissent. Les mandaloriens n'étaient pas des Siths, et les Jedi ne s'estimaient pas compétents pour décider qui de la République ou Mandalore avait la légitimité pour régner sur la galaxie, et donc recevoir leur soutien. C'était l'époque où les Jedis effaçaient leur aspect guerrier au profit du philosophe.

Cependant, un jeune Jedi nommé Revan et son ami Alek Squinquargesimus s'insurgèrent contre cette doctrine qui revenait à nier tous les principes que défendaient la République. Lorsque les Mandaloriens dévastèrent la planète Cathar, y causant des millions de morts, malgré la résistance désespérée des militaires, ces deux Jedi ne purent taire leur conscience plus longtemps. Ils répondirent à l'appel de la République en dépit de la consigne de l'Ordre et partirent au front, accompagnés par un certain nombre de volontaires Jedi, surnommés les Revanchistes, à l'image de leur chef. Le mouvement fut applaudi par de nombreux commandants Républicains, et grâce à leur intervention, la République put inverser le cours de la guerre.

Sous le leadership de Revan et Alek, l'armée républicaine chassa les mandaloriens irrésistiblement hors de l'espace républicain, remportant successivement des victoires décisives sur Althir et dans l'amas de Jaga, jusqu'à les repousser dans leurs derniers retranchements. Même s'il se réjouissait des victoires républicaines, le Conseil était mal à l'aise face à la frénésie guerrière des deux meneurs revanchistes, qui allaient même jusqu'à se réapproprier des tactiques mandaloriennes peu recommandables. Certains membres craignaient de voir se répéter le destin d'Exar Kun avec Revan, mais d'autres répliquèrent que l'essentiel était que sa motivation soit positive, altruiste. Le Conseil ne condamna ni n'approuva l'initiative revanchiste

Le conflit se finit par la victoire de la République lors de la bataille de Malachor V. Après de longues et habiles manœuvres, Revan choisit cette planète pour dépêcher l'issue de la guerre en y écrasant les derniers bataillons mandaloriens. Les deux flottes, mandalorienne et républicaine, s'affrontèrent dans une grande bataille, tandis que Revan ôta lui-même la vie de Mandalore l'Ultime au terme d'un duel épique, avec l'aide d'Alek. Il ramassa sur sa dépouille le fameux masque qui symbolisait le leadership du Mandalore pour en faire son trophée. Dans le même temps, un des généraux de Revan activa conformément au plan une super-arme, le "Générateur d'Ombre de masse". Cela anéantit non seulement la flotte mandalorienne mais aussi celle de la République ainsi que la planète et tous ceux qui s'y trouvaient. Revan n'hésita pas à sacrifier les milliers de soldats républicains et Jedi qui se battaient courageusement à ses côtés, car, endurci par la guerre, il y voyait le prix à payer afin d'obtenir une victoire définitive face à l'obstination bornée des mandaloriens qui refusaient de rendre les armes, et condamner toute chance de résurrection de l'empire mandalorien par la suite.

La guerre était terminée et les rares survivants tel que Carth Onasi retournèrent à leur poste dans la République; mais Revan et Alek partirent ensuite vers des Régions Inconnues, poursuivant sans relâche les troupes restantes des mandaloriens en déroute. Ils eurent l'extraordinaire surprise d'y découvrir l'Empire Sith qui manipulait les mandaloriens depuis le début dans leur intérêt, et leur rencontre avec l'Empereur acheva de les faire basculer du côté obscur. Leur retour marqua le début de la Guerre Civile des Jedi.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard