FANDOM


Tab-canon-white  Tab-legends-black 
"Tissée par le Seigneur Noir des Sith, cette toile est. Pour l'instant, jouer son jeu, il va falloir"
―Yoda.[src]
La Guerre des Clones, parfois appelée la Guerre Séparatiste, fut un conflit qui opposa la République Galactique à la Confédération des Systèmes Indépendants pendant près de trois années. Le Seigneur Noir des Sith Dark Sidious orchestra cette guerre afin de détruire l'Ordre Jedi et former l'Empire Galactique. Avant le conflit, Sidious, sous son identité publique de Chancelier Suprême, s'employa à amasser autant de pouvoir politique que possible tandis que son apprenti Sith, le Comte Dooku, provoqua une Crise Séparatiste qui amenant des milliers de systèmes stellaires à faire sécession. Dooku s'arrangea également pour implanter une bio-puce dans les soldats clones d'une armée créée à la demande du Maître Jedi Sifo-Dyas pour la République.

La Guerre des Clones démarra avec la bataille de Géonosis au cours de laquelle Dooku et le Conseil Séparatiste opposèrent leur Armée Droïde à la Grande Armée de la République. A contrecœur, les Jedi acceptèrent de prendre la tête de la Grande Armée. A mesure que le conflit toucha de plus en plus de monde à travers la galaxie, des héros s’élevèrent des deux côtés. Yoda, Mace Windu, Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker étaient les Généraux Jedi les plus connus. Les clones mettaient leur individualité et leur sens du devoir au service de la République. De son côté, Dooku pouvait compter sur des agents tels que le Général Grievous et Asajj Ventress pour mener à bien ses opérations militaires. Au milieu de ce conflit galactique, des planètes à l'image de Mandalore et du Conseil des Systèmes Neutres tentèrent malgré tout d'échapper au carnage en se démenant pour rester neutre.

Dès les premiers instants de la guerre, la République et la Confédération s'affrontèrent pour le contrôle des routes hyperspatiales jusqu'à ce la République ne prenne l'avantage en concluant une alliance le Clan Hutt. Les Séparatistes développèrent des armes de toutes sortes allant des canons ioniques du Malveillant au Virus de l'Ombre Bleue afin de mettre en péril la machine de guerre républicaine. Des mondes tels que Ryloth, Felucia, Malastare ou encore Kamino devinrent des positions stratégiques dont la suprématie fut âprement disputée. Geonosis fut la cible d'une seconde bataille pour détruire ses fonderies de droïdes et une opération Jedi tenta – en vain – de capturer Grievous sur Saleucami.

Après plus d'un an de conflit, la sénatrice de la République Padmé Amidala et la sénatrice Séparatiste Mina Bonteri initièrent une armistice. Toutefois, Dooku et Grievous anéantirent leurs efforts en commentant un attentat au sein de Coruscant, la capitale de la République. Une conférence de paix fut également organisée sur Mandalore sans parvenir à mettre un terme au combat. Leur nombre étant trop restreints pour intervenir sur tous les fronts, les Jedi aidèrent les milices autochtones à lutter contre les Séparatistes et allèrent jusqu'à participer à la création d'une cellule rebelle pour reprendre le contrôle d'Onderon. La Confédération ne fut pas en reste. Elle put compter sur le soutien de la milice d'Umbara et de l'Empire Esclavagiste Zygerrien – qui asservit notamment la colonie Togruta de Kiros. Le conflit fut par ailleurs parasité par la Mère Talzin et Dark Maul qui s’efforcèrent de se venger des Jedi et des Sith.

Peu à peu les Jedi perdirent le soutien de l'opinion publique et des dissensions commencèrent à apparaître dans ses rangs. Skywalker et Kenobi découvrirent le rôle de Dooku dans la création de l'armée clone sans parvenir à mettre l'Ordre Jedi à l'abri des machinations Sith. L'augmentation vertigineuse du nombre de victimes au cours du conflit mena le Haut Conseil Jedi à approuver une mission pour assassiner Dooku. Le Maître Jedi Quinlan Vos et l'ancienne apprentie de Dooku, Asajj Ventress, échouèrent à plusieurs reprises de mettre un terme à la vie de Dooku. De son côté, Sidious profita du chaos pour étendre sa sphère d'influence. Parmi ses nombreux "faits d'armes", le plus impressionnants fut sans aucun doute l'acquisition du Clan Bancaire Intergalactique par la République.

Au cours de la troisième et dernière année de guerre, la République repoussa les Séparatistes dans les Territoires de la Bordure Extérieure en lançant une vaste campagne appelée les Sièges de la Bordure Extérieure. La Confédération perdit ses dirigeants en peu de temps lorsque Dooku et Grievous périrent respectivement au cours des batailles de Coruscant et d'Utapau. Cependant, Sidious entama la phase finale de son plan. Après avoir contrecarrer la tentative d'arrestation menée par Mace Windu, il fit basculer Skywalker dans le Côté Obscur de la Force et fit de lui son nouvel apprenti. Sidious accusa publiquement l'Ordre Jedi de trahison et ordonna l'exécution de l'Ordre 66 forçant les soldats clones à se retourner contre les Jedi. Skywalker, devenu Vador, participa activement à la Purge Jedi en prenant d'assaut le Temple Jedi. Il se rendit ensuite sur Mustafar pour exterminer le Conseil Séparatiste tandis que Palpatine déclara la fin de la Guerre des Clones et l'avènement du premier Empire Galactique.

PréludeModifier

Une vengeance vieille d'un millénaireModifier

"Enfin, nous nous ferons connaître des Jedi. Enfin, nous aurons notre revanche."
―Dark Maul.[src]
Sidious Maul

Les Sith furent contraints à la clandestinité pendant près d'un millénaire.

Les origines de la Guerre des Clones remontent à l'époque de l'Ancienne République qui s'effondra plus d'un millénaire plus tôt.[21] Cette période fut marquée par un âge sombre dans l'histoire galactique[18] tandis que les Sith affrontaient les ennemis de toujours, les Jedi, pour le contrôle de la galaxie.[22] Des luttes intestines affaiblirent les Sith les amenant une ultime défaite.[23] Si les Jedi crurent avoir éliminé la Sith, il s'avéra que l'un d'entre eux avait survécu. Dark Bane, le dernier Seigneur Noir des Sith, créa la règle des Deux, une nouvelle philosophie pour permettre la survie des siens. Dés lors, l'Ordre Sith se limita à deux individus : un maître et un apprenti.[24] Opérant dans l'ombre, les Sith accumulèrent pouvoir, richesse et influence pour préparer le but final de leur plan : la domination galactique et leur revanche sur les Jedi.[2]

À partir des cendres de l'Ancienne République, une nouvelle République Galactique vit le jour. Pour la première fois, un Sénat Galactique permit la représentation politique de centaines de mondes et de systèmes stellaires. Les forces militaires de l'Ancienne République furent dissoutes,[18] et l'Ordre Jedi fut chargé de maintenir la paix au sein de la République servant ainsi le sénat et le Chancelier Suprême.[23] A mesure que les années s'écoulèrent, le sénat devint un lieu rongé par la corruption et se retrouva paralysée par la bureaucratie.[25] Une rupture s'établit tandis que les Mondes du Noyau – y compris la capitale de la République, Coruscant – s'employa à exploiter les ressources des Territoires de la Bordure Extérieure.[18] Outre la bureaucratie et l'inaction pathologie de la République, des entreprises avides, telles que la Fédération du Commerce, le Clan Bancaire Intergalactique ou encore le Techno-Syndicat, obtinrent la possibilité de siéger au sénat.[17]

Après presqu'un millénaire de paix,[5] Dark Sidious devint le nouveau Seigneur Noir des Sith. En tant que sénateur Sheev Palpatine de Naboo, son identité publique, il ourdit la chute du Chancelier Suprême Finis Valorum dont il prit la place. Tandis que la République s'enlisait dans une dispute sur la taxation des routes commerciales, Sidious s'allia avec Nute Gunray, le Vice-Roi de la Fédération du Commerce. Sur l'ordre du Sith, la Fédération entama le blocus de Naboo. Lorsque le sénat, dans son marasme habituel, se montra incapable d'empêcher l'invasion de Naboo, la jeune Reine Padmé Amidala appela à un vote de défiance. La sympathie éprouvée pour Palpatine – Naboo étant son monde natal – lui permit de remporter l'élection et d'accéder à la chancellerie de la République Galactique. L'Ordre Jedi aida les Forces Royales de Sécurité de Naboo à mettre un terme à l'invasion. Au cours de l'affrontement, les Sith se révélèrent par la présence de Dark Maul, l'apprenti de Sidious. Maul fut vaincu et présumé mort amenant le Haut Conseil Jedi à soupçonner l'existence d'un second Seigneur Sith.[23]

Création de l'Armée CloneModifier

"L'armée de clones. Je dirais même l'une des meilleures que nous ayons jamais conçues."
"Monsieur le premier ministre, est-ce que mon maître vous a dit à qui était destinée cette armée lorsqu'il a passé commande ?"
"Bien entendu. Cette armée est pour la République.
"
―Le Premier Ministre Lama Su et Obi-Wan Kenobi[src]
SifoDyas file

Sify-Dias devint malgré lui un agent de la destruction de l'Ordre Jedi.

Maul fut rapidement remplacé par un nouvel apprenti : Dooku, un Maître Jedi qui avait quitté l'Ordre Jedi et qui s'employa à mettre en oeuvre le plan Sith. Sidious et Dooku, qui avait adopté le nom de Dark Tyranus, s'arrangèrent pour entraîner la République dans une guerre contre un autre régime.[5] Conflit dans lequel les Jedi seraient obligés de s'investir aux côtés de troupes qui deviendraient leurs bourreaux. De plus, la République affaiblie par les événements se verraient vulnérable à une prise de pouvoir par les Sith.[2]

Avant l'invasion de Naboo, un membre du Conseil Jedi, Sifo-Dyas, s'était vu remercié à cause de sa conviction que la République aurait besoin d'une armée pour faire face à un futur et probable conflit.[26] Peu enclin à se laisser stopper par la désapprobation du Conseil, Sifo-Dyas prit contact avec les Kaminoens, une espèce réputée pour son expertise en matière de clonage. Prétendant avoir le soutien du sénat et du Conseil, le Jedi ordonna la production d'une armée de clones.[5] Lorsque les Sith apprirent l'existence de cette armée de clones, ils saisirent l’opportunité qui s'offrit à eux. À cette époque, le chancelier Valorum demanda à Sifo-Dyas de prendre part à des négociations confidentielles avec le Syndicat Pyke, un cartel criminel en vogue dans les bas-fonds de Coruscant qui était en train de mettre au point une nouvelle drogue dure. Ignorant tout de la demande de Valorum, le Conseil envoyé Syfo-Dias pour résoudre un différend tribal sur Felucia.[26]

Syfo-Dias n'atteignit jamais Felucia et se retrouva pris dans des événements que l'Ordre Jedi mit plus d'une décennie à découvrir. Dooku, sous l'identité de Tyranus, engagea les Pykes pour assassiner Sifo-Dyas. Le syndicat du crime abattit la navette T-6 qui s'écrasa sur la lune de leur monde d'origine, Oba Diah. Le Maître Jedi perdit la vie dans le crash. Toutefois, Silman, l'assistant de Valorum accompagnant le Jedi, survécut et fut gardé comme otage comme moyen de pression sur Tyranus. De son côté, L'Ordre Jedi crut que Syfo-Dias était mort sur Felucia alors qu'il tentait de négocier avec les tribus locales.[26]

Après avoir pris le contrôle du projet de clonage, les Sith sélectionnèrent le chasseur de primes Jango Fett comme modèle pour l'armée.[5] Nala Se fut l'une des principales Koaminoens en charge du projet. Sur Kamino, Jango Fett fournit des échantillons génétiques et entraîna les soldats clones. Soumis à une croissance accélérée, la première livraison put avoir lieu une décennie après la commande &mise par Sifo-Dyas.

Une bio-puce implantée dans chaque clone devint la clé de la revanche des Sith. Si les scientifiques Kaminoens pensaient qu'elle servait à réguler l'agressivité des clones et à les prémunir de l'influence de Jedi renégats, elle permettrait de mettre en oeuvre le Protocole Clone 66, un ordre obligeant les clones à exécuter leurs commandants Jedi.[27] Ainsi les Sith pourraient massacrer l'Ordre Jedi par l'intermédiaire des soldats de la République.[2]

Crise SéparatisteModifier

"Je ne permettrai pas que cette république qui existe depuis mille ans soit coupée en deux. Mes négociations n'échoueront pas"
"Si toutefois elles échouaient, soyez bien conscient qu'il n'y aurait pas assez de Jedi pour défendre la République. Nous sommes les garants de la paix, pas des soldats.
"
―Chancelier Suprême Palpatine et Mace Windu.[src]
SecessionistMovement

Dooku recrute les plus grandes guildes commerciales de la galaxie.

Près de huit ans après l'invasion de Naboo, un gouvernement sécessionniste, la Confédération des Systèmes Indépendants, commença à prendre forme lorsque Dooku réquisitionna une station HoloNet dans le système Raxus et délivra un discours prenant violemment à partie la République Galactique. Au cours des deux années qui suivirent,[18] la Crise Séparatiste amena des milliers de systèmes stellaires à faire sécession.[25][28] La crise plongea la République dans le plus grand désarroi que Dooku renforça en rejetant publiquement toutes les tentatives de négociation émanant de Palpatine.[18] Le sénat se divisa rapidement quand à l'adoption d'une loi de Création Militaire. Ses partisans clamaient à qui voulait l'entendre que la République allait avoir besoin d'une force militaire pour se défendre la Confédération tandis que des sénateurs comme Padmé Amidala estimaient que cette loi ne serait bonne qu'à déclencher un conflit pan-galactique entre les deux factions.[5] La guerre finit par devenir inévitable dans la mesure où les deux Seigneurs Sith manœuvraient leur camp respectif avec efficacité.[2]

Vingt-deux ans avant la bataille de Yavin,[1] les Sith avaient presque terminé leurs préparatifs. La Confédération était officiellement une démocratie et s'était doté d'un corps législatif au travers du Sénat Séparatiste.[17] Dans le même temps, de puissantes entreprises promirent leur soutien et leurs ressources à Dooku gagnant ainsi la possibilité de siéger au sein du Conseil Séparatiste.[5] Parmi ses membres l'on pouvait retrouver San Hill du Clan Bancaire Intergalactique, Wat Tambor du Techno-Syndicat, Passel Argente de l'Alliance des Corporations, Shu Mai de la Guilde du Commerce et l'Archiduc Poggle le Bref ainsi que les sénateurs Po Nudo d'Ando et Tikkes de Mon Calamari.[29][30]

Nute Gunray soumit son soutien à la condition que Amidala soit tuée à cause de la défaite humiliante que la jeune reine lui avait infligé lors de la bataille de Naboo. Jango Fett et son associé, Zam Wesell, entreprirent de mener à bien cette sale besogne pour la Confédération. Peu de temps avant le vote de la loi de Création Militaire, Wesell piégea la plate-forme d’atterrissage de la sénatrice sur Coruscant. Toutefois, ce fut l'une de ses suivantes qui perdit la vie dans l'explosion. Face à l'insistance du Conseil Jedi et du Chancelier Palpatine, le Chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi et son Padawan Anakin Skywalker – tous deux avaient été des éléments clés de la victoire de Naboo contre la Fédération du Commerce – furent chargés de veiller sur la sécurité de la sénatrice. La seconde tentative d'assassinat menée par Wesell ne se passa guère mieux et Fett fut obligé de l'abattre avec un Kamino Saberdart avant qu'elle ne puisse révéler quelque information compromettante. Malgré cela, Kenobi parvint à faire le lien entre le saberdart et Kamino. Alarmé par le fait que les données concernant ce monde avait été effacé des Archives Jedi, il se rendit néanmoins à son emplacement théorique juste au sud du Dédale de Rishi.[5]

Lorsque Kenobi arriva à Tipoca City, la capitale de Kamino, le Premier Ministre Lama Su l'accueillit et lui révéla l'existence de l'armée clone. Près de 200 000 soldats étaient disponibles et un million de plus seraient bientôt prêts à être déployé. Choqué il fit son rapport à auprès du Conseil Jedi qui lui ordonna de capturer Jango Fett et de le ramener au Temple Jedi où il serait interrogé. Le chasseur de primes s'échappa avec son fils Boba, un clone de lui non altéré, et rejoignit Geonosis,[5] la capitale de la Confédération des Systèmes Indépendants.[31] Kenobi le poursuivit et ils s'engagèrent dans un affrontement au cours duquel le Jedi fit croire à sa mort. Après avoir rejoint la surface de Geonosis, Kenobi découvrit que les Géonosiens étaient en train d'assembler des millions de droïdes de combat dans leurs usines de droïdes. Il espionna également une réunion entre Dooku et le Conseil Séparatiste. Les Géonosiens capturèrent Kenobi alors que le Jedi était en train d'enregistrer un message à destination du Conseil.[5]

Kamino Facility

En découvrant l'Armée Clone et l'Armée Droïde Séparatiste, Kenobi a précipité malgré lui le début de la Guerre des Clones.

Skywalker qui se trouvait avec Amidala sur Tatooine relaya le message jusque sur Coruscant où Palpatine et le Conseil Jedi apprirent la situation du Geonosis. Contre les ordres du Conseil, Amidala et Skywalker se lancèrent à la rescousse de Kenobi. Tandis que le Jedi était en détention, Dooku lui expliqua que la République était sous le contrôle d'un Seigneur Noir des Sith nommé Dark Sidious. Toutefois, Kenobi refusa de donner un quelconque crédits aux paroles de cet ancien Jedi. Peu après, Skywalker et Amidala furent capturés et condamnés à mourir[5] dans l'arène Petranaki.[30][32]

Malgré le rapport alarmiste de Kenobi, le Sénateur Bail Organa d'Alderaan et plusieurs de ses confrères estimaient que la loi de Création Militaire ne serait pas adoptée en temps pour stopper la Confédération. Par conséquent, Jar Jar Binks, le représentant délégué d'Amidala, fit un large plaidoyer en faveur de Palpatine persuadant ses pairs de confier au Chancelier Suprême des pouvoirs d'urgences. Sitôt sa nouvelle autorité acquise, Palpatine annonça la création d'une Grande Armée de la République. Au cours de son allocution, il promit également de renoncer aux pouvoirs d'urgences une fois la crise terminée. Le Grand Maître Yoda décida de se rendre Kamino pour organiser l'Armée Clone tandis que le Maître Jedi Mace Windu rassembla un groupe d'assaut[5] de 212 Jedi,[33] allant de maîtres siégeant au conseil jusqu'à de jeunes Padawans, afin de secourir Obi-Wan Kenobi sur Geonosis.[5]

La guerreModifier

Première annéeModifier

Bataille de GeonosisModifier

"Ce n'est qu'un début."
―Dooku[src]
Jedi circle

Windu et ses alliés ont tenu bon jusqu'à l'arrivée de Yoda et de la Grande Armée de la République.

La bataille de Géonosis débuta lorsque Mace Windu et son équipe d'assaut Jedi infiltèrent l'arène Petranaki afin d'y sauver Amidala, Kenobi et Skywalker. Tandis que les spectateurs Géonosiens fuyaient les gradins de l'arène, Dooku lâcha ses forces d'infanterie contre les Jedi.[5] Le membre du Conseil Jedi Coleman Trebor[34] tenta de mettre un terme au conflit en tuant Dooku. Cependant, il fut abattu par Jango Fett avant de pouvoir approcher le Comte. Pendant l'affrontement, Windu décapita Fett. Les Jedi se firent peu à peu massacrer et rapidement il ne reste plus qu'une poignée de survivants. Cernant les Jedi avec ses droïdes Séparatistes, Dooku exigea leur reddition. Toutefois, Windu refusa que ses camarades et lui ne deviennent des otages.[5]

Au moment où Windu et les autres allaient se faire exécuter, Yoda arriva avec les renforts tant attendus : la Grande Armée de la République.[5] 192 000 soldats clones[31] arrivèrent avec Yoda sur Geonosis à bord de transports d'assaut de classe Acclamator. Des transports d'Infanterie Offensif/Basse Altitude les amenèrent droit sur l'arène où établirent un périmètre de sécurité avant d'exfiltrer les Jedi survivants.[5] Les vaisseaux filèrent à travers les plaines rouges de la planète Géonosienne où l'affrontement commençaient à prendre forme. Les Jedi survivants prirent chacun le commandement de huit corps de 36 864 soldats et menèrent au sol l'assaut contre les forces Séparatistes s'employant à empêcher les transports de classe Hardcell du Techno-Syndicat de décoller. Tandis que Yoda prit la direction du centre de commandement avancé de la République, Mace Windu fut déposé entre le désert d'E'Y-Akh et les collines de Im'g'twe[32] pour se voir confier le commandement par CT-411[35][36] de cinq unités commandos.[5] Le Colonel Meebur Gascon et plusieurs autres stratégistes issus du Commandement Stratégique de la République conseillèrent la Grande Armée sur les tactiques à appliquer sur le champ de bataille.[37]

L'affrontement gagna en frénésie tandis que les Renforts Tactiques Tout Terrain faisaient face aux Tanks droïdes de classe IG-227 Hailfire et aux Droïdes araignées traqueurs OG-9. Yoda ordonna à la Grande Armée de concentrer la puissance de feu des Systèmes de Pilonnage Hypertonique Autonome-Turbolaser sur plusieurs vaisseaux de la Fédération du Commerce qui tentaient de décoller. Au sol, Jedi et clones luttèrent contre les droïdes de combats et les Droïdes araignées nains DSD1. Submergé par les forces de la République, Dooku et le Conseil Séparatiste sonnèrent la retraite. Poggle le Bref confia à Dooku les plans géonosiens de l'Arme Ultime avant de demander aux siens d'aller se terrer dans les catacombes. Le leader des Séparatistes se mit immédiatement en route pour rejoindre le hangar où était amarré son voilier solaire. En chemin, il fut prit en chasse par le transport d'Amidala, Kenobi et Skywalker. Lorsque l'escorte de Dooku riposta, Amidala se retrouva éjecter du transport. La sénatrice suivit les Jedi dès qu'elle fut remise de sa chute.[5]

Première bataille de Géonosis

Débutant sur Geonosis, la Guerre des Clones gagna rapidement le reste de la galaxie.

Lorsque Kenobi et Skywalker atteignirent le hangar, Dooku les affronta dans un duel au sabre laser. Kenobi fut blessé et le jeune Skywalker se vit amputer de son bras droit. Yoda arriva juste à temps pour empêcher Dooku d'assassiner les deux Jedi. Comprenant qu'il ne pourrait pas tenir tête à son ancien maître, Dooku utilisa la force pour faire tomber un pilier sur Kenobi et Skywalker occupant ainsi le Grand Maître de l'Ordre pendant le Jedi déchu prenait la fuite. Amidala arriva dans le hangar à bord d'un autre transport. Toutefois, ses soldats et elles ne purent empêcher le décollage du vaisseau de Dooku. Les Séparatistes ayant fuit le combat, la République se déclara victorieuse de la bataille de Géonosis.[5]

Dooku voyagea secrètement jusque sur Coruscant où il rencontra Dark Sidious. Il annonça à son maître que le conflit galactique pour lequel ils avaient si durement travaillé venait enfin de débuter. Du côté des Jedi, si Kenobi estimait que la République avait remporté la bataille de Geonosis, son avis fut tempéré par Yoda qui rappela que ce n'était que la première bataille de la Guerre des Clones. Depuis Coruscant, la République déploya des dizaines de milliers de troupes clones et une flotte de vaisseaux de guerre.[5] Geonosis étant compromise, la Confédération fit de Raxus sa nouvelle capitale et y établit le Sénat Séparatiste.[17][31]

Propagation du conflitModifier

"Je dois reconnaître que sans les clones nous n'aurions pu remporter la victoire."
"La victoire ? Tu appelles ça une victoire, Maître Obi-Wan ? Du Côté Obscur, le voile vient de se déchirer. De débuter vient juste, la Guerre des Clones.
"
―Obi-Wan Kenobi et Yoda[src]
Grande Armée de la République

La Grande Armée fut l'épine dorsale de la lutte de la République contre la Confédération

Tandis que la Guerre des Clones s'abattaient sur de nombreux mondes à travers la galaxie, les Jedi furent forcés d'abandonner leur traditionnel rôle de gardiens de la paix[38] pour prendre le commandement de la Grande Armée de la République. Chevaliers et Maîtres se virent attribuer le grade de Général Jedi. Même les Padawans contribuèrent à l'effort de guerre certains allant jusqu'à servir de commandant sur le champ de bataille. Parmi les généraux Jedi nouvellement promus, le jeune Anakin Skywalker se vit élever au rang de Chevalier Jedi suite à la bataille de Geonosis.[6] Dans le plus grand secret, Skywalker épousa la sénatrice Amidala,[5] sans savoir que les répercussions dramatiques qu'auraient cette relation sur la guerre entière.[2]

Afin de satisfaire les besoins en troupes toujours plus croissants de la République, Kamino continua la production et la formation de soldats clones. Afin de parer à toute éventualité, la Marine République établit un blocus préventif de Kamino,[39] et établit un réseau de postes d'écoute afin de surveiller les activités Séparatistes dans le voisinage.[40] En raison du décès de Jango Fett, les scientifiques Kaminoan durent se contenter des échantillons d'ADN existant pour produire d'avantage de clones. Le Conseil Jedi sélectionna un de ses membres, la Maître Jedi Shaak Ti, pour superviser l'entraînement des cadets clones dans Tipoca City. De plus, la République engagea des mercenaires comme Bric et El-Les pour aider Shaak Ti dans l'instruction au combat des clones.[39]

La République essuya de vives critiques (venant à la fois de ses propres rangs et de ceux de la Confédération) pour l'utilisation de cette arme clone. Certains allaient jusqu'à considérer que les troupes clones étaient les esclaves des Jedi.[3][41] Après avoir vu son unité anéanti par la Confédération, un soldat fit le choix de déserter la Grande Armée. Il s'établit sur Saleucami, prit le nom de Cut Lawquane et établit une famille.[42] D'autre part, les citoyens confédérés exprimaient une certaine fierté à l'idée que leurs officiers étaient tous volontaires et qu'ils ne gaspillaient pas de vies grâce à l'emploi de droïdes de combat.[3] Un officier confédéré, l'époux de la sénatrice Mina Bonteri, fut tué par les forces de la République alors qu'il défendait une nouvelle base sur la planète Aargonar.[17] Dans le même temps, la population confédérée ne fut pas tenue au courant des différents crimes de guerre qui furent commises en son nom. La principale source de ces carnages était le Général Grievous,[43] un cyborg originaire de Kalee occupant le titre de Commandant Suprême de l'Armée Droïde.[44]

En plus de Grievous, Dooku recruta Asajj Ventress dont il fit son lieutenant et émissaire.[45] Cette ancienne esclave originaire de Dathomir devenue Jedi puis ayant sombré du Côté Obscur de la Force devint l'apprentie de Dooku.[46] Bien que Grievous et Ventress développèrent une certaine rivalité,[9] les deux partageaient tous deux une profonde haine à l'encontre de l'Ordre Jedi.[3][47] Ils avaient également l'habitude de conserver les sabres laser des Jedi qu'ils avaient terrassés que Dooku récupéraient ensuite pour les exposer dans son palais sur Serenno. Ventress acquit ainsi le sabre laser du Maître Jedi Tholme qu'elle vainquit au cours d'un duel. Après la rédition du Jedi, elle choisit de tuer ce dernier plutôt que de l'épargner.[3]

L'éclatement de cette guerre mit à mal l'équilibre de nombreux mondes. Depuis le début de la Crise Séparatiste, un schisme avait scindé la population Gotal d'Antar 4. Des groupes terroristes Séparatistes s'attaquèrent aux forces loyales à la République sur la lune. Les loyalistes tinrent bon jusqu'au début du conflit. Peu de temps après la bataille de Geonosis, la lune Gotal tomba aux mains de la Confédération des Systèmes Indépendants. Antar 4 fut même le quartier général du Comte Dooku pendant un temps. Des millions de Gotals se réfugièrent sur Atzerri, une colonie d'Antar, et furent remplacés par des espèces fidèles aux Séparatistes comme les Koorivars ou les Gossams. Cette crise politique donna naissance à l'une des premières cellules de résistance de la République. Des loyalistes Gotals et Koorivars exécutèrent de nombreux actes de sabotages contre le régime Séparatiste tandis que la République soutenait le mouvement en mettant à disposition des conseillers tactique et de l'approvisionnement. Malgré ces efforts, Antar 4 resta aux mains de la Confédération jusqu'à la fin de la guerre.[18]

GrievousVentress-KaminoARC

Grievous et Asajj Ventress étaient les premiers lieutenants du Comte Dooku.

Très tôt,[48] la Confédération conquit Lola Sayu,[30] un monde de la Bordure Extérieure renommé pour la prison Citadelle. Construite cinq siècles plus tôt, elle servait à retenir prisonnier les Jedi Noirs qui s'étaient retournés contre la République. Les Séparatistes se servirent dès lors de ce centre pénitencier pour emprisonner les membres de la République capturés.[48] Millius Prime, une des milles lunes de Iego, fut également envahie et sa population d'Anges fut chassée. Les Séparatistes établirent plusieurs sites militaires à la surface de Iego et Millius Prime avant de décider de quitter le système. Avant de partir, ils mirent en place un filet laser dans le champs d'astéroïdes piégeant la population à la surface.[49]

Parmi les autres planètes qui furent emportées par la Guerre des Clones se trouvaient Akiva qui accueillit une usine de Droïdes dans les sous-sols de Myrra,[50] et Sedratis qui fut le théâtre d'une bataille à laquelle les Jedi Anakin Skywalker et Huulik participèrent.[51]

Diversion sur ChristophsisModifier

"Votre technologie ne vous sauvera pas. Vos compagnons qui nous résistent périront tous du fait de votre échec. Les habitants de Christophsis et toutes leurs ressources naturelles vont rejoindre le camp de l'Alliance Séparatiste."
―Amiral Trench dans un message à ses opposants[src]

Presque immédiatement après la bataille de Geonosis, Grievous et l'Armée Droïde Séparatiste tâcha d'isoler les mondes de la République Galactique. Pour cela, des mines furent laissées le long des principales routes hyperspatiales de la galaxie.[52] Ne pouvant compter que sur peu de forces, les Généraux Jedi se montrèrent incapables de rallier les Territoires de la Bordure Extérieure où les mondes continuaient de rallier en masse la Confédération. Pour cette raison, le Clan Hutt, dont l'influence englobait tout l'Espace Hutt et son réseau de routes d'approvisionnement, devint un allié convoité par les deux belligérants.[6]

BlockadeChristophsis

Les flottes d'Anakin Skywalker's et de Trench s'attaquent en orbite de Christophsis.

Afin de s'assurer du soutien des Hutts, Dooku organisa l'enlèvement du jeune Rotta, le fils du seigneur du crime Jabba Desilijic Tiure, tout en prévoyant d'accuser l'Ordre Jedi de ce crime. Une des premières étapes du plan de Dooku consistait à attirer l'attention des Jedi ailleurs. Pour parvenir à ses fins, Dooku ordonna à ses forces de conquérir Christophsis,[6] un monde de la Bordure Extérieure important pour sa position et ses ressources.[53] Cette planète était également un site d'un groupe de soutien supervisé par le sénateur Bail Organa. L'amiral Séparatiste Trench entama le blocus de la planète avec un important détachement de la Marine Séparatiste tandis que les forces de la Confédération harcelait la population et les quelques troupes présentes à la surface.[54] Piégés et incapables de se défendre, les habitants de Christophsis se tournèrent alors vers le Conseil Jedi.[41]

Les Généraux Jedi Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi, secondé par l'amiral Wullf Yularen, se virent confier une force d'attaquer pour secourir Organa et la population assiégée. La flotte composée de Destroyers Stellaires de classe Venator s'avéra toutefois incapable de briser le blocus mis en place par Trench. Yularen et Skywalker utilisèrent un prototype de vaisseau furtif pour infiltrer la flotte de Trench et détruire son vaisseau amiral, l'Invincible.[54] Trench réussit à survivre à la destruction de son vaisseau et continua de servir la Confédération.[55] Trench n'étant plus un problème, Skywalker et Yularen livrèrent l'approvisionnement tant désiré par Organa et son camp de réfugiés. De son côté, Kenobi profita de l'ouverture créée par la destruction de l'Invincible pour submerger la flotte Séparatiste et lancer une vaste offensive au sol.[54] Les Séparatistes fortifièrent leurs forces présentes à la surface de la planète avec des renforts et dissimulèrent leurs véritables nombres à la République.[41]

Entre temps, Dooku envoya Asajj Ventress sur Christophsis afin de ralentir la progression de la République. Skywalker et Kenobi organisèrent une attaque pour prendre en embuscade les forces Séparatistes sur l'une des plus importants places de la ville. Toutefois, le sergent clone Slick, un espion à la solde de la Confédération, renseigna les forces ennemies. Ainsi la victoire potentielle de la République se solda par une retraite en bonne et due forme à la base. Suspectant l'existence d'un informateur, les deux Généraux Jedi effectuèrent une sortie pour rassembler des informations sur les Séparatistes tandis que le commandant clone Cody et le capitaine clone Rex enquêtèrent sur la source de cette fuite d'informations. Après avoir découvert Slick, ce dernier fit sauter un dépôt d'armes de la base. Les deux officiers clones organisèrent une chasse à l'homme pour capturer le traître. Slick fut finalement appréhendé malgré les dégâts déjà infligés. Le gros de l'arsenal de la République avait été détruit ne laissant guère plus que quatre canons Anti-Véhicule AV-7.[41]

Dans la base Séparatiste, Kenobi et Skywalker affrontèrent Ventress au cours d'un duel au sabre laser qui permit à Slick d'obtenir le temps nécessaire pour détruire le dépôt d'armes.[6][56] Les deux Jedi cessèrent l'affrontement dès qu'ils eurent un aperçu de la taille de l'armée Séparatiste. Après que les Jedi fussent retournés dans leur base, le Général Whorm Loathsom prit le commandement de l'infanterie et entreprit d'attaquer la ville. De son côté, Ventress quitta la planète pour mener la seconde phase du plan de Dooku[41] : enlever Rotta. Elle se rendit jusque sur Tatooine à bord de son vaisseau personnel, le Trident et emmena le jeune hutt loin de son monde.[6]

En plus du sabotage perpétré par Slick,[41] les forces de la République perdirent le soutien de la Marine lorsque les défenses orbitales des Séparatistes expulsèrent la flotte de Yularen hors du système Christoph. Malgré leur infériorité numérique, Kenobi, Skywalker et leurs soldats clones s'arrangèrent pour repousser les forces de Loathsom. Pendant ce temps, convaincu que des renégats avaient enlevé son fils, Jabba contacta le Chancelier Suprême Palpatine pour demander à la République de sauver son fils. Dans la mesure ou les seuls Jedi disponibles pour accomplir cette tâche étaient Kenobi et Skywalker, Yoda envoya un messager sur Christophsis. Cette mission fut confiée à la nouvelle apprentie d'Anakin Skywalker, la jeune Ahsoka Tano.[6]

Retrouvailles Christophsis

Yoda arrive sur Christophsis afin de transmettre de nouveaux ordres à Kenobi, Skywalker et Tano.

Yularen revint brièvement dans le système Christoph à bord de son vaisseau amiral, le Résolu afin d'y déposer Tano avant de retourner chercher les renforts. Tano rejoignit Kenobi et Skywalker alors qu'ils préparaient leurs défenses contre la prochaine attaque des droïdes. En raison du manque de soutien de la Marine de la République Galactique, les deux Jedi étaient piégés à la surface avec leur troupe les empêchant ainsi de retourner sur Coruscant conformément à l'ordre de Yoda. Il ne fallut pas longtemps avant que Loathsom n'organise une nouvelle offensive contre les forces de la République. Toutefois, il prit le soin d'organiser un convoi de boucliers déflecteurs permettant ainsi à ses droïdes de combat de rejoindre la base républicaine sans craindre les canons Anti-Véhicule AV-7. Les Jedi et les clones durent concevoir une nouvelle stratégie.[6]

Alors que Kenobi et Rex se chargeaient de la défense de la ville, Skywalker et sa nouvelle Padawan infiltrèrent les lignes ennemis. Ils détruisirent les boucliers déflecteurs exposant l'armée droïde à la puissance de feu des canons AV-7. Leur victoire coïncida avec l'arrivée de renforts navals dirigés par Yularen et Yoda qui mit fin au blocus Séparatiste assurant ainsi la victoire de la République. Même si Yularen déploya des renforts au sol pour aider les forces d'invasion à sécuriser Christophsis.[6] Loathsom fut emprisonné sur Coruscant pour trahison.[30]

Alliance avec le Clan HuttModifier

"Kidnappé de Jabba le Hutt, le fils a été. De négocier un traité avec Jabba, Obi-Wan se chargera. À trouver les rebelles qui ont enlevé son fils, ta mission consistera, Skywalker."
―Yoda informant Obi-Wan Kenobi, Anakin Skywalker et Ahsoka Tano de leur mission.[src]
RTTT escalade une falaise

La Compagnie Torrent escalade la falaise pour prendre d'assaut le monastère B'omarr.

Ventress amena le jeune Rotta dans un monastère de l'Ordre B'omarr abandonné sur Teth, une planète recouverte de jungles de l'Espace Sauvage.[30] Elle fortifia le bâtiment à l'aide de deux bataillons complets de droïdes de combat. Dès que des éclaireurs de la République eurent retrouvés la trace de Rotta sur Teth, Skywalker et Tano se rendirent sur place. Les deux Jedi purent compter sur la présence du capitaine Rex[6] et de la compagnie Torrent,[57] l'unité de commandement de la célèbre 501ème Légion,[58] afin de secourir le jeune Hutt. Kenobi, de son côté, se rendit sur Tatooine où il entama les négociations avec Jabba. Le Hutt accepta d'accorder une rotation planétaire aux Jedi pour sauver Rotta et le ramener sur Tatooine.[6]

Le monastère se trouvant au sommet d'une mesa défendue par un armement anti-aérien Séparatiste, Skywalker, Tano et la Compagnie Torrent furent forcés de se poser au pied de la falaise. Ils escaladèrent la paroi à l'aide de câbles d'ascension et de deux RT-TT. Malgré la perte d'un marcheur et de nombreux soldats clones, les forces de la République atteignirent le monastère. Ils affrontèrent les défenses droïdes et récupérèrent Rotta dans le niveau de détention du monastère. Rapidement, Tano se rendit compte que Rotta était malade compromettant ainsi leurs chances de ramener le Hutt auprès de son père. Skywalker soupçonna l'implication de Dooku dans la mesure où la République et la Confédération s'affrontaient pour obtenir les faveurs du Clan Hutt.[6]

Ventress se servit du droïde de protocole 4-A7 pour enregistrer les Jedi à leur insu tandis qu'ils récupéraient le Hutt. Elle transmit ensuite l'holo-enregistrement à Dooku qui présenta quelques extraits savamment choisi à Jabba afin de prouver l'implication des jedi de Rotta. Après avoir convaincu le Hutt d'envisager de rejoindre la Confédération, Dooku ordonna à Ventress de prendre le monastère d'assaut, récupérer Rotta leur permettant ainsi de s'accaparer tout le crédit de son sauvetage. Ventress mena les forces d'assaut droïdes de combat repoussant les clones à l'intérieur du monastère. Rex, Skywalker et Tano se barricadèrent à l'intérieur du bâtiment. Les Jedi partirent à la recherche d'une autre sortie tandis que Rex et la Compagnie Torrent tentèrent de ralentir les Séparatistes.[6]

Malgré leurs efforts, Rex et ses hommes ne furent pas en mesure de résister bien longtemps face aux droïdes très largement supérieurs en nombre. Rex et cinq autres soldats clones encore en vie furent capturés. Kenobi, Cody, et ses forces arrivèrent sur Teht en renfort. Après avoir affronté les escadrons de chasseurs vautours, Cody et ses hommes rejoignirent Rex et les survivant de la compagnie Torrent. Tandis que le combat faisait rage dans le monastère, Skywalker et Tano parvinrent à rejoindre une plate-forme d’atterrissage se trouvant non loin. Là, ils affrontèrent les droïdes présents et s'approprièrent un vieux cargo de contrebande appelé le Crépuscule.[6]

Obi-Wan vs Ventress Teth

Asajj Ventress et Obi-Wan Kenobi s'affrontent sur Teth.

Lorsque Kenobi pénétra dans le monastère à la recherche de son ancien Padawan, il se retrouva à croiser le fer avec Asajj Ventress. Après avoir senti dans la Force que Skywalker s'était échappé avec Rotta, Ventress rompit le combat et prit la fuite. A bord du Crépuscule, Skywalker tenta de rejoindre la Destroyer Stellaire Venator de Yularen qui affrontait plusieurs Frégates Stellaires de classe Munificent. Un trio de droïdes vautours détruisirent la baie d'amarrage inférieure du Destroyer Stellaire juste avant que le Crépuscule ne puisse se poser. Se voyant privé de la possibilité de s'amarrer, Skywalker et Tano prirent directement la route vers Tatooine.[6]

Dooku ne fut pas particulièrement ravi d'apprendre par Ventress que les Jedi avaient réussi à secourir Rotta sur Teth. Il décida de continuer de manipuler Jabba. Ventress fit son rapport auprès de Dooku par holotransmission dans la salle du trône de Jabba. Elle déclara que les Jedi avaient assassiné Rotta avant de se mettre en route pour Tatooine. Grâce à cette déclaration mensongère, Dooku convainquit Jabba que l'Ordre Jedi avait l'intention d'annihiler le Clan Hutt. Promettant de défendre le Hutt, Dooku quitta le palais en compagnie de plusieurs Magnagardes avec la ferme intention de tuer Rotta avant que celui-ci ne puisse retrouver son père.[6]

Sur Coruscant, la sénatrice Padmé Amidala rendit visite au Chancelier Suprême dans ses bureaux afin d'aborder les nouvelles mesures de sécurité que celui-ci avait instauré sur Naboo. Palpatine lui confia les récents événements qui s'était produit dans la Bordure Extérieure (justifiant au passage ces mesures) et alla jusqu'à évoquer la situation des Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker. Apprenant que ce dernier s'était attiré les foudres de Jabba, Amidala décida de prendre contact avec les Hutt dans l'espoir de prouver l'innocence de Skywalker. Elle alla trouver Ziro Desilijic Tiure dans son palais Coruscanti. Le Hutt repoussa les tentatives de dialogues de la jeune sénatrice avant de la congédier. Amidala qui s'était attardé en semant son escorte surprit peu de temps après Ziro en communication en Dooku. Le Seigneur Sith informa le Hutt que le complot Sith était en bonne voie de réussir : Jabba exécuterait les Jedi dès leur arrivée à son palais obligeant ainsi la République à l'assiéger et l'arrêter. Ziro aurait ainsi l'opportunité de prendre le contrôle du Clan Hutt. Ziro se rendit compte qu'Amidala les épiait et sur les conseils de Dooku, il emprisonna la sénatrice dans le donjon de son palais.[6]

Quand il émergea de l'hyperespace, le Crépuscule fut pris en chasse par deux chasseurs de classe Rogue. Bien que Skywalker parvint à détruire l'un de ses deux poursuivants, le Crépuscule subit suffisamment de dégâts pour les obliger à se poser en catastrophe dans la Mer de Dunes. Skywalker affronta Dooku afin de laisser la possibilité à sa Padawan de rejoindre le palais de Jabba. Toutefois, un trio de Magna Gardes intercepta la jeune Togruta non loin du bâtiment. Skywalker abandonna sa confrontation pour sauver Tano. Toutefois, la pensant déjà arrivée, il rejoignit en trombe le palais. Mécontent de voir le Jedi coupable de la mort de son fils, Jabba laissa libre court à sa colère. Avec l'aide du droïde astromech R2-D2, Tano réussit à vaincre ses opposants et rejoignit le palais. Bien qu'il eut retrouvé son fils, Jabba resta déterminé à faire payer l'enlèvement de son fils aux deux Jedi et ordonna à ses chasseurs de primes de les exécuter.[6]

Padme parle a Jabba

Padmé Amidala persuade Jabba de signer un traité avec la République.

De retour sur Coruscant, Amidala parvint à avertir la République de sa capture grâce à l'intervention de son droïde de protocole, C-3PO. Le commandant clone CC-1010 envoya une escouade de soldats clones. Les soldats attaquèrent le palais de Ziro, secoururent la sénatrice et arrêtèrent Ziro. Amidala se servit ensuite de l'holoprojecteur personnel de Ziro pour contacter Jabba. Le Hutt reçut la transmission alors qu'il s'apprêtait à tuer les deux Jedi. Jabba fut indigné d'apprendre les manigances de son oncle et accepta d'épargner les Jedi. Il signa ensuite un traité permettant à la République et à sa Grande Armée l'usage exclusif des routes hyperspatiales de l'Espace Hutt. Dans l’intervalle, Kenobi et ses forces remportèrent la bataille les opposant aux Séparatistes sur Teth. Il rejoignit ensuite Tatooine en compagnie de Yoda afin de formaliser l'alliance avec Jabba.[6]

L'alliance entre la République Galactique et le Clan Hutt fut un revers majeur pour la Confédération. Lorsque Dooku fit son rapport auprès de son maître, Dark Sidious se montra indifférent à la situation.[6] La République incarcéra Ziro dans le centre de détention judiciaire de Coruscant afin de purger une longue peine de prison. Conscient du rôle de la sénatrice Amidala dans sa chute, Ziro développa un fort sentiment de ressentiment à l'égard de cette dernière.[19]

RylothModifier

"Nos villes sont en ruines. Nos tubes de transport ont été détruits m'empêchant de rentrer chez moi. Nos cultures ont été incendiées. Les Twi'lek n'ont plus de nourriture ! Et ils mourront s'ils ne reçoivent pas d'aide."
―Orn Free Taa, sénateur de Ryloth, demandant l'aide du roi Toydarien Katuunko[src]
LastStandOfImaGunDi-SL

Le Général Jedi Ima-Gun Di est le seul survivant du détachement de la République sur Ryloth.

Ryloth, le monde natal des Twi'lek, devint le principal terrain d'affrontement suivant lorsque le Techno-Syndicat envahit la planète,[7] et commença à piller ses ressources.[59] La Marine Séparatiste mit en place le blocus de Ryloth tandis que l'Armée Droïde soumettait la population. En plus de la perte de nombreuses villes et de centre de transport, les Twi'lek commencèrent à souffrir de l'absence de ravitaillement. En réponse à la famine, l'activiste Cham Syndulla organisa la Résistance Twi'lek.[60] Le Maître Jedi Ima-Gun Di, le capitaine clone Keeli et une unité de soldats apportèrent leur soutien à Syndulla et ses combattants de la liberté. Le blocus Séparatiste eut finalement raison de la flotte de l'Amiral Dao et les forces affrontant les droïdes de combat se retrouvèrent piégés dans un canyon aux côtés de nombreuses familles Twi'lek.[61]

La situation désespérée de Ryloth amena le Conseil Jedi à préparer l'envoi d'une flotte de ravitaillement. Toutefois, à cause des capacités techniques des frégates de classe Pelta, il était nécessaire de ravitailler la flotte à un distance réduite. La proximité de la planète Toydaria avec Ryloth (deux milles parsecs) amena le Conseil Jedi à considérer cette dernière comme point de rassemblement idéal. Toydaria ayant déclaré sa neutralité, les Maîtres Jedi Windu et Yoda demandèrent au sénateur Bail Organa de superviser les négociations aux côtés de Jar Jar Binks. Cette communication entre le Conseil Jedi et Organa fut interceptée par la Marine Séparatiste et transmise au Comte Dooku. Le leader Séparatiste chargea le sénateur Lott Dod de la Fédération du Commerce de rejoindre Toydaria et mettre à mal les efforts diplomatiques de la République avec le roi Katuunko, le monarque des Toydariens.[61]

À cause de l'intervention de Dod, Katuunko refusa publiquement d'impliquer Toydaria dans l'expédition humanitaire que la République essayait d'organiser tant bien que mal. Toutefois, le monarque Toydarien convint avec Organa de permettre le transfert de ravitaillement vers Ryloth dans le plus grand secret. Afin d'éviter que le subterfuge ne revienne aux oreilles de la Fédération et des Séparatistes, Binks fut chargé de distraire Dod et son équipe au cours d'un banquet officiel tandis qu'Organa supervisait l'expédition. Sur Ryloth, l'Armée Droïde n'était pas loin de faire céder les défenses de la Républiques. Di, Keeli et les soldats clones se lancèrent dans un ultime baroud d'honneur afin de permettre à Syndulla et aux Twi'lek – composés de combattant de la liberté et de civils – de s'échapper dans le canyon. Peu de après, un trio de frégates de classe Pelta rejoignit le système et força le blocus. Malgré cette aide, ces événements érodèrent la foi que Syndulla avait placé dans la République.[61]

En l'absence de renforts de la République, seuls Syndulla et sa résistance furent en mesure de s'opposer à l'occupation Séparatiste. Les Twi'lek souffrirent énormément de cette confrontation. Les droïdes de combat forcèrent finalement les résistants à rendre les armes. Malgré cette reddition, les Séparatistes continuèrent de massacrer la population les forçant à se réfugier dans les carcasses des barges de débarquement C-9979. Syndulla et ses rebelles employèrent des techniques de guérilla, éliminant périodiquement des patrouilles de droïdes de combat dans la région. Tandis que la bataille de Ryloth suivait son cours, les Twi'lek restèrent livrés à eux-même.[59]

Mission Rugosa

Asajj Ventress tenta d'assassiner Katuunko lorsqu'il décida de se rallier à la République.

Les efforts de la République pour venir en aide à la population Twi'lek de Ryloth persuada Katuunko d'envisager de mettre un terme à sa neutralité. Avant leur départ, il fit savoir à Organa et Binks qu'il était prêt à accueillir les Jedi pour discuter de cette éventualité.[61] L'Ordre espérant établir une base d'approvisionnement dans le système, Maître Yoda se rendit sur la lune Rugosa afin de rencontrer le monarque Toydarien. Le Comte Dooku apprit l'existence de cette rencontre et chargea Asajj Ventress de "négocier" avec la délégation royale Toydarienne au nom de la Confédération. Alors qu'il arrivait sur Rugosa, le croiseur de classe Consular de Yoda fut intercepté par deux frégates stellaire de classe Munificent. Le Maître Jedi atteignit la surface de la lune grâce à une capsule de sauvetage avec seulement trois membres de la Garde de Coruscant : le lieutenant Thire ainsi que les soldats Jek et Rys.[45]

Afin d'éviter d'affronter Yoda dans un débat politique, Ventress proposa un concours : elle enverrait ses meilleures troupes pour tester les capacités du Maître Jedi. S'il réussissait à vaincre les droïdes, Katuunko n'aurait qu'à rejoindre les rangs de la République. Le monarque émit de fortes réserves quant à soumettre Yoda à un tel test. Toutefois, le Jedi accepta et promit de rallier le point de rendez-vous avant la tombée de la nuit. Malgré leur avantage en nombre, Yoda et ses hommes dominèrent l'affrontement. Ventress tenta de rattraper la situation en reniant l'accord passé un peu plus tôt. Dans un premier temps, elle ordonna à ses droïdes de tirer pour tuer. Puis elle décida d'envoyer des droidekas.[45]

Finalement, Katuunko informa Dooku de son désir de rejoindre la République. Le leader Séparatiste chargea son apprentie d'assassiner le monarque. Toutefois, Yoda et ses hommes arrivèrent juste à temps pour sauver Katuunko. Yoda utilisa la Force pour stopper les sabres laser d'Asajj Ventress à quelques centimètres de la gorge du Toydarien. Refusant de se rendre, Ventress détourna l'attention du Maître Jedi en mettant à feu des charges explosives placées près du vaisseau de Katuunko. Ventress s'échappa à bord de son voilier solaire. Face à la victoire de Yoda, Katuunko promit solennellement son soutien à la République et d'accueillir une base dans le système. Sa délégation et lui quittèrent Rugosa aux côtés de Yoda et de ses soldats.[45]

Le MalveillantModifier

"Cette arme mystérieuse a détruit une douzaine de systèmes puis a disparu sans laisser de trace."
"Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre d'autres vaisseaux.
"
―Mace Windu et Sheev Palpatine.[src]
Bataille d'Abregado

Le Malveillant détruisit la flottille de Plo Koon pendant la bataille d'Abregado.

Les forces militaires de la Confédération ne tarda pas à développer de nouveaux projets pour soutenir sa machine de guerre. Le Malveillant,[62] un colossal croiseur lourd de classe Subjugator,[30] fut l'un de ses projets. Le vaisseau devint rapidement le fleuron de la flotte Séparatiste dont le Général Grievous fit son vaisseau amiral. Le voyage inaugural du Malveillant sema le chaos dans le territoire de la République qui perdit ses forces dans près d'une douzaine de systèmes. Grâce à son double canons à ion interférant avec les systèmes électriques et les boucliers, le croiseur laissait ses adversaires vulnérables à ses turbolasers. N'ayant retrouvé aucun témoin suite à ces attaques, la République qualifia le Malveillant d'arme mystérieuse.[62]

Le Haut Conseil Jedi chargea l'un de ses membres, Plo Koon, de prendre en chasse l'arme de Grievous. À la tête d'une petite flotte de trois Destroyers Stellaires de classe Venator, Koon suivit le Malveillant jusque dans le système Abregado où Dooku et Grievous supervisaient les tests du croiseur lourd. À l'instar de ses batailles précédentes, le Malveillant rendit ses adversaires impotents grâce à une onde ionique avant de mettre en pièces. Désirant continuer à entretenir le mystère planant sur le Malveillant, Grievous envoya plusieurs équipes de droïdes de combat B1 à bord de vaisseaux d'abordage de classe Droch afin d'éliminer les quelques membres d'équipage qui serait parvenus à s'éjecter dans des capsules de sauvetage.[62]

Le chancelier Palpatine et le Conseil Jedi se montrèrent réticents à l'idée de mobiliser les ressources de la République à la recherche de la flotte de Koon. Toutefois, Anakin Skywalker et Ahsoka Tano – dont la flotte se trouvait dans le système voisin de Bith – prirent sur eux pour le faire. Ils rejoignirent le système Abregado à bord du Crépuscule et découvrirent que les seuls survivants étaient Plo Koon ainsi que le commandant clone Wolffe, le sergent clone Sinker et le soldat Boost de l'unité Wolfpack du 104ème Bataillon. Les deux Jedi sauvèrent Koon et les clones. Le petit groupe s'échappa du système à bord du Crépuscule. Dooku fut particulièrement mécontent de constater que Grievous s'était montré incapable d'éliminer tous les survivants.[62]

La sourde menace du Malveillant planant sur la République, le Sénat chargea Anakin Skywalker de traquer et de détruire le mystérieux vaisseau. Skywalker organisa un plan d'attaque où l'escadron Shadow, un groupe de chasseur Y-Wing prendrait pour cible le pont de commandement du vaisseau. Lorsque le Malveillant s'attaqua à un convoi médical de la République dans le système Ryndellia, le jeune Chevalier Jedi déduisit avec justesse que la prochaine cible de Grievous : le Centre médical de Kaliida Shoals. Cette installation de la Bordure Extérieure soignait secrètement plus de 50 000 soldats clones blessés. En empruntant la Piste de Balmorra, un raccourci de contrebandiers, les forces de la République devancèrent tout juste le Malveillant qui fut forcé de contourner la nébuleuse Kaliida. Tandis que l'escadron Shadow lançait son attaque contre le croiseur lourd, le docteur Nala Se et le reste du personnel commencèrent à évacuer le centre médical avec l'aide envoyé par Naboo. Les vaisseaux ne purent quitter le système avant que le Malveillant ne termine son cycle de ciblage.[63]

Bataille de la nébuleuse Kaliida

L'escadron Shadow intercepte le Malveillant avant qu'il ne puisse attaquer la station médicale.

La première attaque de l'escadron Shadow contre le Malveillant lui coûta près de la moitié de ses pilotes. Suite à ces pertes, Skywalker écouta les recommandations de Tano et de Koon. Il abandonna l'assaut contre le pont de commandement et préféra prendre pour cible le canon à ion de tribord. Leurs torpilles à proton causèrent suffisamment de dégâts pour provoquer la surcharge du canon lors de sa mise à feu. Obi-Wan Kenobi et Wullf Yularen rejoignirent alors le système avec trois Destroyers Stellaires Venator et ouvrirent immédiatement le feu sur le Malveillant. Amputé de ses canons ioniques et de son hyperdrive, Grievous fut forcé d'ordonner la retraite du Malveillant et prit la direction de l'espace confédéré.[63]

Les Séparatistes envoyèrent des renforts afin d'aider le Malveillant qui furent interceptés par la Générale Jedi Luminara Unduli avant qu'ils ne soient en mesure d'atteindre la nébuleuse Kaliida. Toutefois, la taille démesurée du Malveillant permit au croiseur lourd d'encaisser les rafales des turbolasers des trois Destroyers Stellaires qui le talonnait. Sidious et Dooku organisèrent une piège afin de permettre à Grievous de reprendre l'avantage sur la situation : Padmé Amidala fut envoyée dans la Nébuleuse Kaliida pour négocier un traité entre la République et le Clan Bancaire Intergalactique. Lorsque le yacht Naboo de type H sortit de l'hyperespace, il fut immédiatement capturé par le rayon tracteur du Malveillant. Dès qu'il apprit que sa femme était détenue en otage, le Général Skywalker ordonna à ses hommes de cesser le feu afin de la protéger.[64]

Tandis que Koon, Tano et Yularen restèrent en arrière pour commander la flotte, Skywalker et Kenobi organisèrent une mission de sauvetage. Après avoir utilisé le Crépuscule et s'être infiltré à bord du Malveillant, les deux Jedi rejoignirent la Sénatrice – qui avait fait exploser les moteurs de son yacht dans l'espoir de tuer Grievous. Amidala et Skywalker se rendirent sur le pont afin d'entrer secrètement une nouvelle destination dans l'ordinateur de navigation. De son côté, Kenobi tenta de saboter le moteur hyperdrive du croiseur lourd. Toutefois, il fut intercepté par Grievous. Les deux s'affrontèrent sur le tramway interne du Malveillant jusqu'à ce que le Maître Jedi mette un terme au combat. Le trio retourna à bord du Crépuscule et s'enfuit avec un escadron de droïdes vautours les poursuivants.[64]

Il ne fallut pas longtemps avant que le sabotage de Skywalker ne fasse son oeuvre : au lieu de sauter en hyperespace, le Malveillant heurta la lune voisine. Impuissant, Grievous prit la fuite à bord de son vaisseau personnel, le Sans-Âme.[64] Grâce à ce tour de force, la République remporta la bataille de la nébuleuse Kaliida,[30] et mit un terme à la menace du Malveillant.[64]

Bataille en orbite de la station RishiModifier

"Très bien, écoutez. Il n'y a qu'une cible d'intérêt dans ce secteur : Kamino. C'est notre monde natal. On se bat pour bien plus que la République. Aujourd'hui, on se bat pour tous nos frères sur notre monde. Compris ?"
"Chef, oui, chef !
"
―Rex donne un discours de motivation aux soldats Echo, Fives et Hevy pour défendre la station Rishi[src]

Au cours des semaines qui suivirent, les services de renseignement de la République et de la Confédération des Systèmes Indépendants furent mis à rude concurrence. Lorsqu'il décida de faire de Kamino sa prochaine cible, Grievous savait que les postes d'écoute de la Grande Armée dans les environs pourraient mettre en péril son attaque. Le Commandant Suprême de l'Armée Droïde expédia une équipe de droïdes commandos sur la lune stérile du système Rishi pour réduire au silence l'avant-poste de la République s'y trouvant. Profitant d'une pluie de météorites, les commandos atterirent sur la lune et attaquèrent la station éliminant la plupart des soldats de la garnison. Le sergent O'Niner, le principal officier de la station, fit partie des victimes. Les droïdes brouillèrent ensuite le signal de la station empêchant ainsi la Marine républicaine de découvrir que Grievous et sa flotte approchaient de Kamino. De plus, Asajj Ventress avait d'ors et déjà infiltré les défenses de Kamino et livrait à la Confédération toutes les informations passant à sa portée. Cette attaque se produisit tandis que les soldats de la 224ème participaient à la bataille de Mimban.[40]

Les Bleus 2

Cody, Hevy et Fives défendent la station contre la seconde vague de droïdes envoyée par Grievous.

Peu de temps après que la chute de la station Rishi, le commandant Cody et le capitaine Rex qui menaient une visite d'inspection au sein des différents avants-postes de repérage arrivèrent sur place. Les deux clones furent accueillis par les droïdes commandos qui détruisirent leur navette, l'Obex, dès qu'ils furent découverts. En infériorité numérique, les deux officiers durent battre en retraite. Ils rencontrèrent les clones survivants en contrebas de la station : les soldats CT-1409, CT-782, et CT-5555 surnommés respectivement "Echo", "Fives" et "Hevy". Malgré le manque d'expérience des trois soldats, Cody et Rex les prirent sous leur commandement. Ils attaquèrent la station Rishi et parvinrent à dominer leurs ennemis lui permettant de reprendre la station. Leur victoire fut toutefois de courte durée. La flotte de Grievous passant en orbite de la lune à ce moment-là, le droïde en charge de la communication se rendit compte du silence inquiétant des droïdes commandos et avertit le général Grievous. Ce dernier ne voulant laisser aucune place au hasard décida de déployer des renforts et de s'assurer que la station resterait silencieuse.[40]

Comprenant qu'ils ne parviendraient pas à couper le brouillage ennemi dans les tems, Rex décida de détruire la station Rishi. L'arrêt de l'émission de la balise de l'avant-poste alerterait la flotte de la République et lui donnerait une chance d'empêcher l'attaque de Grievous. Pour faire sauter la station, Echo suggéra d'utiliser les bobonnes de Tibanna liquide – un combustible hautement explosif permettant de chauffer l'avant-poste. Tandis que Cody, Fives et Hevy protégeaient l'entrée principale de la station,[40] Rex et Echo relièrent trois droïdes d'alimentation de série PLNK[31] contenant du tibanna liquide à un système de détonation. Quand Rex rencontra des problèmes avec le détonnateur, Hevy resta en arrière pour le réparer. Ne parvenant pas à le réparer, Hevy choisit de mettre à feu manuellement les explosifs.[40]

Grâce au sacrifice de Hevy, la destruction de la station Rishi désactiva le signal d'alerte. Obi-Wan Kenobi, Anakin Skywalker et Wullf Yularen prirent aussitôt la direction du système Rishi avec une flotte de la République. Comprenant qu'il avait perdu son avantage tactique, Grievous retira ses forces du système. Après la bataille, Echo et Fives furent félicités pour leurs efforts. La mémoire de Hevy fut honorée. De plus, Rex transféra les deux clones survivants au sein de la 501ème Légion.[40]

Services de renseignement et contre-espionnageModifier

Kenobi : "Nos agents confirment que les espions de Grievous ont intercepté nos communications."
Tano : "Il doit avoir un système d'écoute caché quelque part."
Skywalker : "Ca expliquerait comment il a pu piéger notre flotte."
Kenobi : "Disperse tes escadrons, Anakin. Trouvez cette base et détruisez-la."
―Obi-Wan Kenobi, Ahsoka Tano, et Anakin Skywalker[src]
Bataille de Bothawui TCW

Malgré sa victoire à la bataille de Bothawui, la disparition de R2-D2 fit peser une grave menace sur la République.

Les Séparatistes construisirent la station Skytop, la sphère centrale d'un vaisseau reconvertie en station d'écoute dans le système Ruusan. Cette station sclérosa le réseau de renseignement de la République en interceptant les diverses transmissions du secteur et en acquérant nombres de données vitales sur les mouvements ennemis.[65] Grâce à ces informations, le Général Grievous remporta une série de victoire qui compromit la position de la République dans la Bordure Extérieure. Il élimina une flotte complète de la République sur la planète Falleen et fut en passe de conquérir Bothawui,[66] un monde stratégique de la Bordure Médiane[67] comptant pour seule défense, une petite flotte de trois Destroyers Stellaires Venator sous les ordres d'Anakin Skywalker.[66]

Au cours de la bataille qui s'en suivit,[68] Rex prit à revers la flottille de Grievous grâce à un détachement de RT-TT directement déployé sur les astéroïdes des anneaux planétaires derrière lesquels s'étaient réfugiés les vaisseaux de la République. Skywalker et l'escadron Gold, un escadron de chasseurs V-19 Torrent, prirent rapidement l'avantage sur les frégates de Grievous. Toutefois, lorsque Skywalker prit en chasse Grievous qui tentait de quitter le système à bord de son vaisseau, le Sans-Âme, son chasseur fut touché et R2-D2, son droïde astromech personnel, fut perdu. Malgré l'évasion de Grievous, Bothawui fut une victoire incontestable de la République.[66]

La victoire laissa rapidement place à une nouvelle catastrophe possible pour la République. En effet, Skywalker n'ayant jamais purgé la mémoire de son droïde astromech, ce dernier avait en sa possession nombres d'informations classés sur les forces militaires de la République. R2-D2, qui n'avait pas été détruit au cours de l'affrontement, fut récupéré par Gha Nachkt, un contrebandier doublé de pilleur d'épaves, qui promit de le revendre à Grievous en échange d'une importante récompense. Quand Skywalker et Tano se lancèrent à la recherche du droïde, ils découvrirent Nachkt et son cargo,[66] le Vulture's Claw,[69] parmi le champ de débris de la bataille de Bothawui. A cause de R3-S6, droïde astromech remplaçant R2 et agent infiltré à la solde de Grievous,[70] les deux Jedi ne découvrirent pas que le droïde disparu était à bord du cargo.[66]

Une fois que l'existence de la station d'écoute Séparatiste fut confirmée, Obi-Wan Kenobi ordonna à son ancien Padawan de la trouver et de l'éliminer. Tandis que sa flotte inspectait une région précise de la zone, Skywalker décida de mener sa propre mission de reconnaissance en solo à bord de son ancien Delta-7 Aethersprite. Toutefois, lorsque R3-S6 et lui émergèrent de l'hyperespace, le droïde astromech activa le signal de détresse du chasseur révélant ainsi sa position à tous les vaisseaux (Républicain ou Séparatiste) se trouvant à portée. Grievous et plusieurs vaisseaux de guerre se rendirent sur place et s'attaquèrent à Skywalker. Le Jedi ne dut son salut qu'à l'arrivée salvatrice de Rex et Tano à bord du Crépuscule. Il embarqua à bord du cargo lui permettant ainsi de ne pas tomber entre les mains de Grievous.[66]

Peu de temps avant que Nachkt n'arrive à la station Skytop, le Crépuscule réceptionna une transmission contenant un appel à l'aide de R2-D2. Rex remonta la signal jusque dans l’atmosphère haute[70] de l'une des trois lunes de la planète Ruusan.[65] Quand il fut avertit de la position de la station, Obi-Wan Kenobi ordonna sa destruction et demanda à Skywalker de ne pas se soucier de son droïde. Skywalker fit du sauvetage de son droïde l'une de ses priorités et laissa le commandement du groupe d'assaut à Rex et sa Padawan. Pendant que ces derniers prenaient la direction des réacteurs, Skywalker intercepta plusieurs MagnaGardes conduisant R2 à bord du vaisseau personnel de Grievous. Le groupe d'assaut fut suffisamment retardé par R3-S6 pour permettre l'arrivée de plusieurs patrouilles de droïdes.[70]

AhsokaSauveRex-DotD

A bord de la station Skytop, Ahsoka Tano empêche le général Grievous de prendre la vie de Rex.

Si Ahsoka et ses hommes repoussèrent sans trop de difficultés les différentes patrouilles, il en fut tout autrement lorsque Grievous passa à l'attaque. Le cyborg décima la plupart des clones et Rex fut sauvé par la jeune Padawan qui força Grievous à se lancer à sa poursuite. Rex et le dernier survivant de l'escouade,[70] Denal,[65], installèrent les explosifs sur le réacteur avant de retourner vers la baie d'amarrage où se trouvait le Crépuscule. Ils furent bientôt rejoint par Anakin Skywalker et R2-D2. R3-S6 dévoila sa véritable allégeance lorsqu'il activa les droïdes vautours stationnés dans la baie et ferma les portes de cette dernière. Coincé dans la baie, les forces de la République ne pouvaient ni aller aider Ahsoka, ni prendre la fuite.[70]

La jeune Padawan parvint à fuir Grievous grâce à la détonation des explosifs posés par Rex. Tano sema le cyborg en s'échappant à travers les conduits d'aération de la station. Elle rejoignit la baie d'amarrage et prit à revers deux des trois droïdes vautours activés par R3. Tandis que la station commençait à chuter vers la surface de la lune, R2-D2 parvint à rouvrir les portes de la baie d'amarrage. Avant de quitter la lune, R2-D2 prit les commandes de son chasseur et partir récupérer R2 – qui avait éliminer R3 lorsque ce dernier avait tenté de l'empêcher d'ouvrir les portes. Grievous parvint également à quitter la station avant sa destruction.[70]

L'état-major Séparatiste pris pour cibleModifier

"La capture de Gunray pourrait nous menacer sérieusement. Le Vice-Roi ne résistera pas longtemps à un interrogatoire Jedi."
"Un plan d'action est déjà à l'oeuvre. Mon meilleur agent, Asajj Ventress, va infiltrer le vaisseau Jedi et libérer Gunray ou le faire taire.
"
―Dark Sidious et Dark Tyranus[src]

Tandis que la Guerre des Clones s'engouffrait de plus en plus dans une impasse,[71] plusieurs membres importants de la Confédération se retrouvèrent pris pour cible par la République. Ainsi fut le cas de Nute Gunray tandis qu'il venait d'établir une brève alliance avec le sénateur Onaconda Farr de Rodia. Si cette planète de la Bordure Extérieure faisait partie intégrante de la République, le Sénat se montra bien trop long à aider sa population quand plusieurs raids de pirates détruisirent les convois d'approvisionnement. Farr perdit sa foi dans la République et accepta la proposition de Gunray de distribuer du ravitaillement. En échange, le sénateur aida Gunray à capturer Amidala – le Neimoidien n'ayant toujours pas digéré les événements de l'invasion de Naboo – lorsque cette dernière se rendit sur Rodia pour une visite diplomatique. Bien que tiraillé entre son amitié pour la sénatrice et ses responsabilités envers son peuple, Farr fit incarcéré sa vieille amie en attendant l'arrivée de Gunray. Toutefois, lorsque le Neimoidien se présenta, le Rodien fut horrifié de découvrir que Gunray comptait exécuter la jeune femme.[72]

Gunray cerne

Padmé Amidala et Onaconda Farr arrètent Nute Gunray sur Rodia.

Bien qu'Amidala réussit à s'échapper de la tour où elle était détenue, la situation se complexifia lorsque Jar Jar Binks et elle furent pris pour cible par les droïdes de bataille de Nute Gunray. Binks obtint l'aide d'un imposant Kwazel Maw qui opéra un véritable massacre parmi les droïdes de bataille et détruisit même une navette de classe Sheathipede. De plus, l'indifférence du Gunray à l'égard de la souffrance des Rodiens et le sort réservé à Amidala achevèrent de convaincre Farr de son erreur de vouloir rejoindre la Confédération. Le sénateur aida Amidala à appréhender Gunray au nom de la République. Palpatine fit parvenir un convoi de ravitaillement sur Rodia suite à cet événement.[72]

Sous le commandement du commandant clone CC-1004, surnommé "Gree",[72] le 41ème Corps d'élite[30] arriva sur Rodia transférer Gunray sous Coruscant où le Vice-Roi serait jugé. Le Conseil Jedi chargea également la Maître Jedi Luminara Unduli et la Padawan Ahsoka Tano d'assurer la protection du dirigeant de la Fédération du Commerce. Se doutant que Gunray avouerait rapidement tout ce qu'il savait, Dark Sidious demanda à Dooku d'intervenir. Asajj Ventress se vit ainsi charger de libérer Gunray (ou de s'arranger pour qu'il garde le silence à jamais si cela s'avérait impossible). Dooku paya aussi le Capitaine Argyus, chef du groupe de commandos du Sénat assigné au transfert de Gunray, pour aider Ventress dans son entreprise.[73]

Ventress lança son assaut alors que les forces de la République, à bord du Destroyer Stellaire Tranquility quittait Rodia avec Gunray à son bord. Trois vaisseaux d'abordage de classe Droch transpercèrent la coque du Tranquility et déversèrent les droïdes de combat qu'elles transportaient à l'intérieur. La plupart des membres du Corps d'élite de la Compagnie Green furent tués dans l'affrontement et les droïdes prirent la direction de la zone de détention du Destroyer Stellaire. Ventress qui avait attendu que les combats cessent pour sortir et infiltrer le vaisseau. Elle affronta brièvement Tano avant de réussir à la confiner dans une des cellules. Toutefois, Argyus, Gree et Unduli revinrent à temps pour empêcher Ventress de s'enfuir avec Gunray. La Dathomirienne activa les charges explosives qu'elle avait posé dans la salle des machines du Tranquility en se rendant sur vers la zone de détention. Grâce à cette diversion, Ventress battit en retraite avec Unduli sur ces talons. Elles s'affrontèrent dans la salle des machines où l'apprentie Sith ne fut pas loin de prendre le dessus sur la Maître Jedi. Ce fut seulement grâce à l'intervention de Tano qu'Unduli fut en mesure de poursuivre le duel.[73]

Avec les deux Jedi à sa poursuite, Ventress décida de signaler à Argyus qu'il avait toute la latitude nécessaire pour passer à l'action. Il abattit ses deux derniers hommes et libéra Gunray malgré les tentatives désespérées de Gree pour les arrêter. Après avoir réussi à assommer le soldat clone, Argyus et Gunray prirent le contrôle du croiseur de classe Consular qui avait transféré le Neimoidien à bord du Tranquility. Quand Argyus l'avertit qu'ils étaient sortis d'affaire, Ventress rompit le combat et s'échappa du Destroyer en empruntant une capsule de sauvetage avant de rejoindre le croiseur. À bord, elle assassina Argyus quand ce dernier insinua qu'il allait prendre le crédit de la réussite de cette opération. De son côté, Unduli transmit les données nécessaires au Général Jedi Kit Fisto pour permettre la traque du vaisseau fugitif.[73]

Vebb Fisto Grievous

Nahdar Vebb et Kit Fisto affrontent Grievous dans on repaire.

Fisto donnant la chasse à Gunray, Dooku vit là une occasion de s'assurer des capacités et de la motivation du Commandant Suprême de l'Armée Droïde. En effet, à cause des récentes défaites qui avaient empêché la Confédération de prendre l'avantage sur la République, Dooku avait quelque peu perdu la foi qu'il plaçait en Grievous. À l'aide de la balise présente à bord de la frégate dérobée par Gunray et Ventress, Dooku attira Fisto et ses forces jusqu'à la forteresse personnelle de Grievous[71] sur la troisième lune de Vassek. Afin d'assister le Maître Jedi dans sa tâche, le centre de commandement de la République dans la Bordure Extérieure envoya également le Commandant Clone Fil, plusieurs soldats clones,[74] et le Chevalier Jedi Nahdar Vebb – le Padawan de Fisto promu depuis peu.[71]

Sans avoir conscience du plan de Dooku, Fisto et ses hommes pénétrèrent dans le repaire de Grievous. Ils éliminèrent les droïdes de combat qui était supposément en train de protéger Gunray avant de découvrirent un hologramme de Dooku qui leur proposa une contrepartie de choix pour s'excuser de ce subterfuge. Quand ils comprirent où ils se trouvaient, Fisto et Vebb décidèrent de saisir leur chance et de tendre un piège à Grievous dont la capture (ou l'élimination) permettrait à la République de prendre un net avantage dans le conflit. Peu de temps après, Grievous revint dans son antre. Au cours de l'affrontement, le Général Séparatiste montra qu'il était loin d'être une proie sans défense. Toutefois, la perte de ses jambes le força à battre retraite le temps que son droïde médical,[71] EV-A4-D[75] se charge du remplacement des membres perdus.[71]

Après avoir ordonné à ses Magnagardes IG-100 de verrouiller le périmètre, Grievous se mit en quête de reprendre le contrôle de sa forteresse. Pour y parvenir, il activa quelques unes des contre-mesures prévues à cet effet. Une fosse permit de se débarrasser de deux soldats clones. Fil fut quant à lui éliminé lorsque les Jedi et lui affrontèrent Gor, le Roggwart servant d'animal de compagnie. La dureté des combats persuada Vebb qu'ils ne pourraient prendre le dessus sur le Général Séparatiste sans se montrer bien plus agressif. La situation s'envenima quand Fisto parvint à rejoindre la salle de contrôle du repaire. Vebb refusa de le suivre et partit affronter Grievous seul. Coincé dans la salle de contrôle à cause de A4-D, Fisto fut contraint de voir son ancien apprenti être tué par Grievous à travers le caméra de surveillance. Avant de s'échapper à bord de son intercepteur Delta-7B, le Maître Jedi affronta Grievous au sabre laser. Au cours de l'affrontement, Fisto réussit à récupérer le sabre laser de Vebb. Même si Grievous avait réussi à tuer Vebb et les soldats clones, Dooku fut mécontent d'apprendre que Fisto était parvenu à s'enfuir.[71]

Deuxième annéeModifier

La fragile neutralité de MandaloreModifier

"Ce que nous voulons, c'est sauver votre peuple."
"Vous allez transformer la planète en cible militaire, vous allez donc importer le conflit chez nous. Mandalore doit impérativement demeurer un système neutre.
"
―Sheev Palpatine et Satine Kryze débattant des conséquences de l'occupation de la République sur Mandalore.[src]

Toydaria ne fut pas le seul monde à vouloir conserver une certaine neutralité dans ce conflit. Après des siècles de conflit en tout genre, le gouvernement des Nouveaux Mandaloriens sous la direction de la duchesse Satine Kryze se débarrassa de ses traditions martiales et devint un régime pacifiste. Quand la Guerre des Clones éclata, Mandalore et ses systèmes affiliés se rassemblèrent au sein d'un Conseil des Systèmes Neutres et firent savoir leur désir de ne pas y prendre part. Des rumeurs arrivèrent bientôt jusqu'au Sénat Galactique clamant que Mandalore se servait de son apparente neutralité pour assembler une armée pour le compte de la Confédération.[16] En vérité, Dark Sidious et Comte Dooku avait conclu une alliance avec la Death Watch, un groupe terroriste souhaitant que Mandalore renoue avec ses traditions guerrières.[76] Pre Vizsla, le leader de la Death Watch et le Gouverneur de la lune Concordia, espérait que la République s'attaquerait à Mandalore. La Death Watch avec l'aide de la Confédération libérerait ensuite Mandalore permettant à Pre Vizsla de s'emparer du pouvoir et les Séparatistes de compter sur un nouvel allié.[16]

Kenobi vs Vizsla

Pre Vizsla révéla être à la tête de la Death Watch et affronta Obi-Wan Kenobi sur Concordia.

Mandalore attira définitivement l'attention de la République lorsqu'un saboteur œuvrant pour la Death Watch s'attaqua à un croiseur de la Marine Républicaine. Le terroriste parvint à mettre fin à ses jours avant qu'il ne puisse être interrogé. Le Conseil Jedi chargea Obi-Wan Kenobi de faire la lumière sur les possibles lien entre Mandalore et les Séparatistes. Sur place, le premier ministre Almec, puis la duchesse Kryze réaffirmèrent avec conviction la neutralité des Mandaloriens. Kenobi se rendit compte assez vite de la bonne foi du gouvernement des Nouveaux Mandaloriens.[16] Toutefois, l'attentat à la bombe perpétré par un agent de la Death Watch dans un parc de Sundari[77] fit prendre conscience au Maître Jedi de la menace exercé par le groupe dissident. Le terroriste se tua en se jetant depuis un balcon juste après avoir prononcé quelques mots Concordiens. Afin de remonter cette unique piste, Kenobi et Kryze accompagnèrent le corps du poseur de bombes tandis que ce dernier était rapatrié sur Concordia.[16]

L'enquête de Kenobi l'amena jusque dans une ancienne mine de beskar supposée désaffectée. Le Maître Jedi fut capturé par deux soldats de la Death Watch avant d'être placé dans le système de convoyage d'un broyeur de roche. Ce fut l'intervention de Satine Kryze qui sauva la vie de Kenobi. Alors qu'ils tentaient de s'échapper de la base, ils découvrirent que Pre Vizsla était le chef de la Death Watch. Vizsla affronta Kenobi en duel à l'aide du sabre noir,[16] le sabre laser construit par le tout premier Jedi Mandalorien sous l'Ancienne République.[78] Le gouverneur de Concordia s'avéra incapable de prendre le dessus sur le Maître Jedi. Kenobi et Kryze parvinrent à s'enfuir de la lune. Cette confrontation décida la duchesse à se rendre sur Coruscant pour plaider sa cause auprès du Sénat Galactique.[79] Kenobi fut rejoint par Skywalker, le Commandant Cody, le Capitaine Rex et une escouade de soldats clones pour assurer la protection de Kryze durant son voyage vers la capitale de la République Galactique.[16]

Le renforcement de l'équipe assurant la sécurité de la duchesse ne fut pas inutile. En effet, Tal Merrik,[79] sénateur de la planète Kalevala et agent infiltré de la Death Watch,[80] introduisit trois sondes tueuses à bord du Coronet,[81] le vaisseau personnel de Kryze. Au cours de l'escarmouche qui suivit, Cody, Rex et Skywalker détruisirent la première sonde dans la cale. Toutefois, la seconde parvint à se faufiler jusqu'à la salle où Kryze et ses conseillers dînaient. Bien que Kenobi réussit à détruire l'assaillant, les deux sondes libérèrent une nuée de minuscules droïdes qui causèrent des ravages parmi les soldats clones et le contingent de Protecteurs de Kryze. Une fois que la majorité des sondes furent détruites, Skywalker découvrit dans le manifeste de vol que Tal Merrik avait approuvé le chargement du container dans lequel se trouvait les sondes. L'appartenance de Merrik à la Death Watch fut confirmée lorsque Kenobi l'interrogea lui et les autres sénateurs présents – Onaconda Farr, Orn Free Taa et Kin Robb.[79]

Même si Rex réussit à détruire la dernière sonde tueuse, Merrik prit Satine Kryze en otage. Il tua tout l'équipage se trouvant sur le pont avant de contacter la Death Watch pour demander de l'aide. Lorsque le Coronet sortit de l'hyperespace, et trois vaisseaux d'abordage de classe Droch arrivèrent pour couvrir la fuite de Merrik. Un des vaisseaux d'abordage perça la coque du Coronet et un flot de super droïdes de combat commença à se déverser à l'intérieur de celui-ci. Tandis que les droïdes affrontaient les soldats clones et les membres de la garde royale de Kryze, Merrik menaça de faire exploser les moteurs du Coronet si l'on tentait de l'abattre. Bien que Kryze fut en mesure de le désarmer, ni elle, ni Kenobi n'étaient en mesure d'appréhender Merrik sans mettre en jeu la vie de l'ensemble des passagers du vaisseau diplomatique. Ce fut Anakin Skywalker qui sauva la situation en cueillant Merrik par surprise avec son sabre laser et en récupérant le détonateur. Cody, Rex et leurs hommes terminèrent de nettoyer le vaisseau de la présence Séparatiste et le voyage put reprendre sans nouvel incident.[79]

Jerec's doctored testimony

Satine Krize tente de convaincre la République de ne pas envahir Mandalore.

L'arrivée de Kryze sur Mandalore n'empêcha pas la Death Watch de continuer sa collaboration avec la Confédération pour prendre le contrôle de Mandalore. Le Sénat Galactique organisa un vote devant déterminer l'envoi (ou non) de forces militaires sur Mandalore. Sachant que la population était défavorable à une occupation, Vizsla et Dooku estimèrent que la Death Watch s'attirerait la sympathie des Mandaloriens si elle s'opposait à la République. Pour y parvenir, Sidious usant de son identité publique altéra un enregistrement holographique du Vice-premier Ministre Jerec, un des plus proches alliés de Satine. Lorsque la duchesse prit la parole au sénat, Palpatine diffusa le témoignage de Jerec contredisant le discours de Kryze. Cette session se déroula le même jour où Jerec perdit la vie dans un attentat à la bombe sur Kalevala rendant la vérification des dires du Vice-premier Ministre impossible.[76]

La situation de Kryze n'étant pas déjà suffisamment compliquée à gérer, Vizsla envoya plusieurs membres de la Death Watch sur Coruscant pour assassiner la duchesse. La première tentative dont Kryze réchappa grâce au courage et sacrifice des hommes assurant sa protection eut pour conséquence d’accélérer le processus de vote. Loin de s'avouer vaincue, Satine prit contact avec Davu Golec, son contact Mandalorien au ministère du Renseignement. Golec lui confia l'enregistrement non altéré de Jerec juste avant d'être tué par un assassin de la Death Watch. Accusée du meurtre de Golec et maintenant poursuivit par la police de Coruscant, Kryze appela finalement Obi-Wan Kenobi à l'aide.[76]

Lorsque le Vice-Chancelier Mas Amedda demanda à Kryze de se rendre aux autorités, Kenobi et la duchesse comprirent que la conspiration entourant la modification du message de Jerec avait été fomenté depuis les plus hautes instances de la République. Après avoir mis en déroute un nouvel assassin de la Death Watch, le Maître Jedi escorta Kryze jusqu'au bâtiment du Sénat. Sur place, la duchesse de Mandalore se présenta aux gardes du Sénat tandis que Kenobi confiait le message original de Jerec à Padmé Amidala. La sénatrice présenta ensuite le message au cours de la session suivante et convainquit ses pairs de renoncer à l'occupation de Mandalore. Ainsi, Kryze parvint à préserver la neutralité de son gouvernement.[76]

À cause la victoire de Kryze au sénat, l'alliance entre Vizsla et Dooku prit fin laissant la Confédération en très mauvais termes avec la Death Watch. Les Séparatistes abandonnèrent l'idée d'amener Mandalore dans le giron de la Confédération.[76] Sachant qu'elle n'aurait jamais le soutien de la population qui lui faisait tant défaut, la Death Watch abandonna ses plans de conquête. Viszla et ses alliés vagabondèrent quelques temps dans la galaxie avant de s'établir sur Carlac.[82] Malgré la neutralité du gouvernement des Nouveaux Mandaloriens,[76] quelques mandaloriens choisirent de participer au conflit. Plusieurs guerriers de Concord Dawn d'excellentes réputations entraînèrent les soldats de la Grande Armée de la République. Fenn Rau, membre des Protecteurs, fut ainsi instructeur de vol.[83] Il fut également le commandant de l'escadron Skull, une unité mandalorienne qui participa à quelques campagnes de la République.[84]

Les émissions pirates de MurkhanaModifier

"Oui, le Comte Dooku est parvenu à utiliser l’HoloNet pour diffuser de la propagande séparatiste, mais les forces de la République ont rapidement mis fin à ces fameuses émissions-pirates."
―Le Vice-Amiral Dodd Rancit rappelant la bataille de Murkhana quelques années après l'avènement de l'Empire Galactique.[src]
Tarkin-Battle of Murkhana

Tarkin mène l'assaut sur la base séparatiste de Murkhana.

Près de neuf mois après le début de la Guerre des Clones, la Confédération installa sur la planète Murkhana, l'un de ses principaux bastion de la Bordure Extérieure, un site d'opération. Travaillant depuis l'intérieur même de Murkhana City, une équipe de scientifiques confédérés s'employa à développer et à mettre en place une série d'émetteurs-récepteurs hyperondes le long des voies hyperspatiales. Ces dispositifs permirent aux Séparatistes de pirater l'HoloNet de la République. Toutefois, plutôt que de garder cette technologie secrète et collecter des renseignements sur les opérations ennemis, Dooku préféra l'employer pour diffuser sa propagande. Le réseau Holonet fut dès lors saturé d'émission pirates accusant la République d'horribles crimes de guerre et vantant les dernières victoires Séparatistes. Rapidement, les populations des Mondes du Noyau vécurent dans la crainte d'une victoire de la Confédération.[18]

Afin de mettre un terme à ces émissions pirates, la République envoya le commandant Wilhuff Tarkin – dont ce fut la première mission dans ce conflit et qui agissait sur ordre de Palpatine – et la Douzième Armée sur Murkhana. Il est important de noter que la République ne pouvant dévoiler publiquement que son réseau HoloNet avait été piraté par la Confédération, Tarkin avait pour mission officielle d'envahir et de libérer Tarkin. Au cours de la bataille, l'ancien gouverneur d'Eriadu mena personnellement l'assaut dans Murkhana City. Profitant de leur supériorité numérique, les forces de la République éliminèrent les Séparatistes. Les scientifiques ennemis furent capturés et torturés afin qu'ils livres tous les secrets de leurs techniques de piratage et stéganographie.[18]

Une fois toutes ces informations récupérées, tous les Séparatistes qui avaient été impliqué de près ou de loin dans la conspiration de Dooku furent éliminées. Le chaos semé par les émissions pirates fut une leçon durement apprise par la République. Dans le but d'éviter de renouveler cette désastreuse expérience, le gouvernement créa la Commission pour la Préservation de la République, une organisation chargée de protéger et de promouvoir l'image de la République pendant cette sombre période. Tarkin, qui venait d'exécuter sa première mission clandestine pour le compte de Palpatine, continua de servir la Grande Armée jusqu'à ce que le Maître Jedi Even Piell et lui ne soient capturés et envoyés dans la Citadelle.[18]

Les derniers jours de la RépubliqueModifier

Bataille en orbite de CoruscantModifier

Loupe Article détaillé : Bataille de Coruscant.
Bataille de Coruscant

Bataille de Coruscant

Durant les derniers jours de la guerre, le Général Grievous organisa la capture du Chancelier Suprême Palpatine débouchant sur une bataille à grande échelle au dessus de Coruscant entre les forces Séparatistes et celles de la Républiques. Les Jedi Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker menèrent une attaque afin de secourir le chancelier. La bataille de solda sur la mort de Dooku amenant Grievous à la tête de la Confédération. Les deux Jedi et Palpatine réussirent à poser tant bien que mal le vaisseau séparatiste à la surface de Coruscant et Grievous s'enfuit sur Utapau.[2]

Avènement d'un nouvel ordreModifier

Loupe Articles détaillés : Proclamation du Nouvel Ordre, Ordre 66 et Purge Jedi.

Sur Utapau, Grievous et les membres du Conseil Séparatiste attendirent les nouvelles instructions de Sidious. Ce dernier se manifesta et envoya le conseil sur Mustafar avant que les forces de la République ne rejoigne Utapau. Peu de temps après, Obi-Wan Kenobi mena une attaque sur la base Séparatiste. Au terme d'un violent combat, le Maître Jedi parvint à déchirer l'armure de son opposant découvrant ainsi les organes de Grievous. Le cyborg mourut lorsque Kenobi tira avec un blaster sur cette partie vulnérable. La mort de Grievous fit de Nute Gunray le nouveau leader de la Confédération.[2]

Pendant ce temps, sur Coruscant, Palpatine révéla à Skywalker qu'il était le Seigneur Noir des Sith. Le Jedi alla révéler ces informations au Maître Jedi Mace Windu. Sans attendre, le Maître de l'Ordre se rendit dans le bureau du Chancelier avec les Jedi Kit Fisto, Saesee Tiin et Agen Kolar pour arrêter Palpatine. Le Sith se débarrassa rapidement des trois Jedi avant de tuer Windu avec l'aide d'Anakin qui désespérant de pouvoir sauver la vie de sa femme Padmé préféra garder le chancelier en vie. Rapidement, le Sith déclara les Jedi ennemis de la République et lança l'exécution de l'Ordre 66. Les soldats clones se retournèrent contre les Généraux Jedi à travers toute la galaxie incluant Ki-Adi-Mundi, Aayla Secura, Plo Koon et Stass Allie. Sur Utapau et sur Kashyyyk, Obi-Wan Kenobi et Yoda réussirent à déjouer leur exécution et à s'échapper. Skywalker jura allégeance à Palpatine et prit le nom de Dark Vador. Vador participa ensuite au massacre des Jedi du Temple. Le massacre des Jedi terminé sur Coruscant, le Seigneur Sith fut envoyé sur Mustafar pour éliminer Nute Gunray ainsi que le reste du Conseil Séparatiste et désactiver l'Armée Droïde. Avec la Confédération privée de ses dirigeants et de son armée, la Guerre des Clones prit fin au terme de trois années de conflit.[2]

ConséquencesModifier

La guerre permit à Palpatine d'accomplir son sinistre plan : l'Ordre Jedi fut détruit et la République devint le Premier Grand Empire Galactique avec Palpatine à sa tête.[2] Promettant l'ordre et la paix à une galaxie usée par la Guerre des Clones, l'Empire put s'étendre pendant de nombreuses années sans être inquiété par une réelle menace.[85]

Malgré la désactivation de l'Armée Droïde Séparatiste, les anciens mondes de la Confédération des Systèmes Indépendants ne rallièrent pas immédiatement l'Empire. Certains durent s'y voir contraint et forcé en étant la cible de la nouvelle machine de guerre Impériale. Antar 4 fut l'un de ces mondes. Elle était tombée aux mains des Séparatistes au début du conflit et soutenu par les services de Renseignements de la République. Lorsque la Guerre des Clones prit fin, l'Empereur chargea Wilhuff Tarkin d'étouffer tous vestiges de la rébellion Séparatiste et de faire un exemple avec cette lune. Tarkin avec toute la miséricorde et la bienveillance dont il était coutumier s'appliqua "nettoyer" la population d'Antar. Arrestation, exécution en masse... Dans son zêle, Tarkin ne prit même pas la peine de faire le tri entre Séparatistes, résistants et agents du renseignements de la République. Les rumeurs de ce que les médias finirent par appelés les "Atrocités d'Antar" atteignirent bientôt les Mondes du Noyau. La Commission pour la Préservation de l'Ordre Nouveau – l'organisation remplaçant la Commission pour la Préservation de la République – s'avéra incapable de faire taire le scandale. Palpatine dut se résigner à envoyer Tarkin dans les Confins Occidentaux où son ami pourrait continuer à mener des opérations des pacifications loin de toutes controverses.[18] Là-bas, Tarkin lutta contre les Récidivistes Séparatistes, permit à l'Empire de s'approprier des mondes Héritages et dut affronter les prémices d'une cellule rebelle menée par Saw Gerrera.[86]

L'Empire s'étendit pendant une quinzaine d'années avant que son hégémonie ne soit de plus en plus remise en question par l'apparition de cellules rebelles. Sous l'égide d'Ahsoka Tano, l'ancienne Padawan d'Anakin Skywalker, et de Bail Organa, plusieurs de ces cellules se rassemblèrent afin de former la rébellion. Après trois années de lutte, le mouvement prit de l'ampleur,[87] et se mua en Alliance Rebelle.[88] Le nouveau conflit qui en résulta, la Guerre Civile Galactique, amena finalement l'Empire à sa chute,[89] et permit de restaurer la démocratie dans la galaxie grâce à la formation de la Nouvelle République.[50]

HéritageModifier

Suite à la disparition de la République, l'Empire tenta d’effacer toutes traces de cette période trouble. Les vétérans du conflit se virent hébergés dans des bouges comme celui de Crispus sur Gorse où ils étaient forcés de travailler comme agent de maintenance pour un salaire de misère. Malgré cela, quelques uns, à l'image de Skelly, parvinrent à comprendre ce qui s'était joué pendant la Guerre des Clones.[4] Bail Organa se souvint de la bravoure des Chevaliers Jedi et transmit cette connaissance à sa fille, la princesse Leia Organa, qui envoya plus tard un message à Obi-Wan Kenobi.[90] Quelques mois après la bataille d'Endor, une ancienne usine de droïdes se trouvant sous Myrra, la capitale d'Akiva, portaient des marques de sabre laser toujours intactes malgré les années.[50] La Guerre des Clones resta un des conflits les plus meurtriers de l'histoire galactique avec plusieurs milliards de victimes.[90][91]

En coulissesModifier

La Guerre des Clones fut mentionnée pour la toute première fois dans le film original Star Wars épisode IV : Un Nouvel Espoir.[90] Ce fut la seul et unique mention du conflit à travers la trilogie originale. Toutefois, l'univers étendu, devenu maintenant "Légendes" fit plusieurs fois références à ce conflit (notamment à travers la trilogie littéraire La Croisade noire du Jedi fou).[92] Le déroulement du conflit furent révélés dans les deux films de la prélogie Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones,[5] et Star Wars épisode III : La Revanche des Sith.[2] De nombreuses histoires vinrent étoffer le contenu amené par les deux films. En 2008, une série animée et un film Star Wars: The Clone Wars furent produits et diffusés à la télévision.[93]

Dans la mesure où ce film et cette série représentaient la vision de George Lucas du conflit, il furent par la suite intégrées au canon Star Wars tandis que les histoires de l'univers étendu furent reléguées au statut de Légendes.[94] Pour cette raison, le tout début du conflit et la première rencontre des Jedi avec Grievous et Ventress sont canoniquement inconnues dans la mesure où ces événements étaient déjà couverts par des œuvres Légendes.

ApparitionsModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1,0 et 1,1 Star Wars Atlas Galactique
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12, 2,13, 2,14, 2,15, 2,16, 2,17, 2,18, 2,19, 2,20, 2,21, 2,22, 2,23, 2,24, 2,25, 2,26, 2,27, 2,28, 2,29 et 2,30 Star Wars épisode III : La Revanche des Sith
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4 et 3,5 Sombre Apprenti
  4. 4,0 et 4,1 Une Nouvelle Aube
  5. 5,00, 5,01, 5,02, 5,03, 5,04, 5,05, 5,06, 5,07, 5,08, 5,09, 5,10, 5,11, 5,12, 5,13, 5,14, 5,15, 5,16, 5,17, 5,18, 5,19, 5,20, 5,21, 5,22, 5,23, 5,24 et 5,25 Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones
  6. 6,00, 6,01, 6,02, 6,03, 6,04, 6,05, 6,06, 6,07, 6,08, 6,09, 6,10, 6,11, 6,12, 6,13, 6,14, 6,15, 6,16, 6,17, 6,18, 6,19 et 6,20 Star Wars: The Clone Wars le film
  7. 7,0 et 7,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Tempête sur Ryloth"
  8. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Atterrissage Mouvementé"
  9. 9,0 et 9,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les ARC Troopers"
  10. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Obscurité sur Umbara"
  11. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Une guerre sur deux fronts"
  12. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Système en crise"
  13. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "The Bad Batch"
  14. Dark Maul - Fils de Dathomir 4
  15. Ahsoka
  16. 16,0, 16,1, 16,2, 16,3, 16,4, 16,5 et 16,6 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Complot de Mandalore"
  17. 17,0, 17,1, 17,2, 17,3 et 17,4 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Héros des deux côtés"
  18. 18,00, 18,01, 18,02, 18,03, 18,04, 18,05, 18,06, 18,07, 18,08, 18,09 et 18,10 Tarkin
  19. 19,0 et 19,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Assassin"
  20. Les Seigneurs des Sith
  21. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Sauvetage à la Citadelle"
  22. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "The Big Bang"
  23. 23,0, 23,1 et 23,2 Star Wars épisode I : La Menace Fantôme
  24. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Sacrifice"
  25. 25,0 et 25,1 StarWars-DatabankII Sénat Galactique dans la Databank
  26. 26,0, 26,1 et 26,2 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Jedi oublié"
  27. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Fugitif"
  28. StarWars-DatabankII Confédération des Systèmes Indépendants dans la Databank
  29. StarWars-DatabankII Conseil Séparatiste dans la Databank
  30. 30,0, 30,1, 30,2, 30,3, 30,4, 30,5, 30,6 et 30,7 Ultimate Star Wars
  31. 31,0, 31,1, 31,2 et 31,3 Star Wars Tout ce que vous devez savoir
  32. 32,0 et 32,1 Star Wars : Les lieux emblématiques de la saga
  33. Star Wars Les Scènes Cultes
  34. StarWars-DatabankII Coleman Trebor dans la Databank
  35. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "La Traque Mortelle"
  36. Encyclopedia-Logo Commandant Clone Ponds dans l'Encyclopedia (lien obsolète ; lien de sauvegarde sur Archive.org)
  37. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Armes secrètes"
  38. StarWars-DatabankII Ordre Jedi dans la Databank
  39. 39,0 et 39,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Clones cadets"
  40. 40,0, 40,1, 40,2, 40,3, 40,4 et 40,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Bleus"
  41. 41,0, 41,1, 41,2, 41,3, 41,4 et 41,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Ennemi Caché"
  42. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Déserteur"
  43. Encyclopedia-Logo Mina Bonteri dans l'Encyclopedia (lien obsolète ; lien de sauvegarde sur Archive.org)
  44. Star Wars : L'Encyclopédie des personnages
  45. 45,0, 45,1, 45,2 et 45,3 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Embuscade"
  46. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Sœurs de la nuit"
  47. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Intrigue de Grievous"
  48. 48,0 et 48,1 StarWars-DatabankII La Citadelle dans la Databank
  49. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Mystères des Mille Lunes"
  50. 50,0, 50,1 et 50,2 Riposte
  51. Heir to the Jedi
  52. Star Wars Propaganda: L'Art de la Propagande dans la Galaxie
  53. StarWars-DatabankII Christophsis dans la Databank
  54. 54,0, 54,1 et 54,2 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Chat et la Souris"
  55. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Inconnu"
  56. StarWars-DatabankII Asajj Ventress dans la Databank
  57. StarWars-DatabankII Commandant Clone Cody dans la Databank
  58. StarWars-DatabankII Capitaine Clone Rex dans la Databank
  59. 59,0 et 59,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Liberté sur Ryloth"
  60. StarWars-DatabankII Résistance Twi'lek dans la Databank
  61. 61,0, 61,1, 61,2 et 61,3 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Les Renforts"
  62. 62,0, 62,1, 62,2 et 62,3 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Aube du Malveillant"
  63. 63,0 et 63,1 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Ombre du Malveillant"
  64. 64,0, 64,1, 64,2 et 64,3 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Détruisez le Malveillant"
  65. 65,0, 65,1 et 65,2 SWCustom-2011 "Duel of the Droids" Episode Guide - The Clone Wars sur StarWars.com (lien de sauvegarde sur Archive.org)
  66. 66,0, 66,1, 66,2, 66,3, 66,4 et 66,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "La Chute du Droïde"
  67. Star Wars épisode VII : Le Réveil de la Force : L'Encyclopédie Illustrée
  68. StarWars-DatabankII R2-D2 dans la Databank
  69. StarWars-DatabankII Gha Nachkt dans la Databank
  70. 70,0, 70,1, 70,2, 70,3, 70,4 et 70,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Duel de Droïdes"
  71. 71,0, 71,1, 71,2, 71,3, 71,4 et 71,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "L'Antre de Grievous"
  72. 72,0, 72,1 et 72,2 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Jedi Bombad"
  73. 73,0, 73,1 et 73,2 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "La Cape des Ténèbres"
  74. SWCustom-2011 "Lair of Grievous" Episode Guide - The Clone Wars sur StarWars.com (lien de sauvegarde sur Archive.org)
  75. StarWars-DatabankII EV-A4-D dans la Databank
  76. 76,0, 76,1, 76,2, 76,3, 76,4 et 76,5 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "La Duchesse de Mandalore"
  77. SWCustom-2011 "The Mandalore Plot" Episode Guide - The Clone Wars sur StarWars.com (lien de sauvegarde sur Archive.org)
  78. Rebels-mini-logo Star Wars: Rebels – "Le Sabre du pouvoir"
  79. 79,0, 79,1, 79,2 et 79,3 TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Le Voyage de la Tentation"
  80. StarWars-DatabankII Kalevala dans la Databank
  81. StarWars-DatabankII Coronet dans la Databank
  82. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars – "Un ami dans le besoin"
  83. Rebels-mini-logo Star Wars: Rebels – "Duel entre Mandaloriens"
  84. Kanan 10: Premier Sang 4
  85. Encyclopedia-Logo Empire Galactique dans l'Encyclopedia (lien obsolète ; lien de sauvegarde sur Archive.org)
  86. Catalyseur : A Rogue One Novel
  87. Rebels-mini-logo Star Wars: Rebels – "Rencontre imprévue"
  88. Encyclopedia-Logo Alliance Rebelle dans l'Encyclopedia (lien obsolète ; lien de sauvegarde sur Archive.org)
  89. Star Wars épisode VI : Le Retour du Jedi
  90. 90,0, 90,1 et 90,2 Star Wars épisode IV : Un Nouvel Espoir
  91. Étoiles Perdues
  92. La Croisade noire du Jedi fou
  93. TCW mini logo Star Wars: The Clone Wars
  94. Star Wars: Clone Wars

Liens externesModifier

WP favicon-1- Guerre des Clones sur Wikipédia

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard